L’art de l’islam de passage à Toulouse

Al-Hariri (1054-1122), Une bibliothèque à Bassora, Al-Maqâmât (Les Séances) - Musée Paul Dupuy - Toulouse
Al-Hariri (1054-1122), Une bibliothèque à Bassora, Al-Maqâmât (Les Séances) - Musée Paul Dupuy - Toulouse - ©V.P

« Un passé pour le présent », c’est la nouvelle exposition présentée au Musée Paul Dupuy à Toulouse. 10 œuvres majeures de l’Art islamique que l’on peut observer jusqu’au 15 mars 2022. 

Pour ce deuxième du « Rendez-vous culture » de la semaine, direction le quartier des Carmes, au dernier étage du musée des Arts Précieux Paul-Dupuy, fraîchement rénové.
En partenariat avec le Louvre et la réunion des Musées Nationaux, le musée toulousain accueille une exposition sur les arts et cultures de l’islam. L’exposition est présente dans 18 villes à la fois, en France métropolitaine et d’outre-mer. C’est un véritable projet national ayant pour objectif d’éduquer les Français à la civilisation islamique, souvent chargée de préjugés. Chaque musée qui accueille l’évènement met en valeur 10 chefs-d’œuvre historiques de l’Art de l’islam. D’après la médiatrice culturelle Camille Arola, « le but de ces expositions, c’est de montrer les liens existant depuis le début du Moyen-Âge entre l’Europe et le monde islamique. » Chaque œuvre représente un ambassadeur de la civilisation de l’islam. L’objectif est de démontrer que l’islam n’est pas uniquement la culture arabe, mais c’est aussi celle de l’Iran, de la Turquie, de l’Asie Centrale ou encore celle de l’Afrique.

Zoom : les dix œuvres à ne pas manquer

 L’Olifant dit “cor de Roland” - Musée Paul-Dupuy ©V.P
L’Olifant (en arrière plan à droite) dit “cor de Roland”, Ivoire, Italie, 11e siècle – Musée Paul-Dupuy ©V.P

Les 18 collections sont toutes composées de 10 pièces. Chacune d’entre elles a été sélectionnée pour leur caractère exceptionnel. Au musée Paul Dupuy vous pourrez admirer entre autres l’Olifant dit “cor de Roland”, Italie, 11e siècle. L’objet est préservé dans les inventaires du trésor de la cathédrale Saint-Sernin depuis 1489. Cette défense d’éléphant est l’une des pièces majeures de l’exposition. Un décor y est sculpté et recouvre en totalité l’olifant. Il est divisé en cinq parties dans lesquelles sont représentées une thématique animalière différente dont l’inspiration est autant orientale qu’occidentale. Cet objet majestueux de par sa précision et sa technique de gravage, symbolise à lui seul l’identité et de l’exposition : nouer de nouveaux liens entre pays islamiques et occidentaux. 

Le décryptage par Camille Arola

Camille Arola est médiatrice culturelle et étudiante en Histoire de l’Art, elle nous aide cette semaine à analyser les oeuvres dans notre « Rendez-vous culture ! »
« Pour comprendre et pouvoir analyser chaque oeuvre de l’exposition, il faut se rappeler que  « l’Art islamique » n’a rien de religieux. Cette expression a été choisie par les historiens fin des années 1800 afin de l’opposer aux codes de l’art européen. Ils ont étudié les différentes formes d’arts islamiques : ornementations, arabesques puis identifiés certains procédés que l’on ne retrouve pas à la même période dans les pays occidentaux. L’exposition permet alors d’identifier les nombreux liens de ces deux courant artistiques, de ces deux civilisations. »

Les infos pratiques :

  • À découvrir jusqu’à mars 2022 au Musée Paul-Dupuy
  • Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
  • 13 rue de la Pleau 3100 Toulouse
  • Accès : Métro ligne B Carmes – Bus ligne 12 : arrêt Carmes -Parking des Carmes
  • Entrée gratuite

À ne pas louper !

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?