Cartes Pokémon : un marché d’exception

Cartes pokémon

Vous avez peut-être des vieilles cartes Pikachu ou Dracaufeu qui traînent dans votre grenier. Et bien vous êtes peut-être assis sur un trésor… Depuis le premier confinement, les cartes à jouer, et en particulier les cartes Pokémon, ont connu un regain d’intérêt exceptionnel. Explications d’un phénomène étonnant.

Pokémon, Yu-Gi-Oh, Magic, ces Trading Card Game (cartes à jouer et à collectionner) ont toujours connu un grand succès depuis leur apparition. Incontournables des cours de récrés, ces jeux, et en particulier Pokémon ont pris une autre dimension depuis le premier confinement. Nicolas Novel, expert Pokémon pour la boutique Relic se souvient : “Pendant le confinement, les gens avaient de l’argent à dépenser, ils se sont remis dans des passions. De gros youtubeurs ont rendu cool le fait de collectionner des cartes Pokémon. Tout ça a permis de créer une hype et de conquérir le grand public”. En effet, des stars comme Logan PaulMichou ou David LafargePokémon ont contribué à lancer une mode auprès des jeunes, mais aussi des trentenaires, nostalgiques des années 90, avec forcément, un portefeuille plus rempli. Car pour collectionner des cartes, il faut prévoir un budget conséquent, voire mirobolant.

Des prix qui donnent le vertige

“Il y a 3 ans, les prix étaient encore raisonnables, mais en 2020, et surtout en 2021, ils ont explosé.” Explique Nicolas. En effet, les côtes de certaines cartes se sont vues multipliées par 10 voire 20 “Une carte Dracaufeu 1e édition en 2018, tu pouvais l’avoir pour 500 €, aujourd’hui, on est autour des 10 000 € », précise-t-il. Le marché de la carte fonctionne comme un marché financier, et l’année 2021 a pris la forme d’une bulle spéculative. Le summum de la démesure a été atteint en février 2021, lorsqu’un Dracaufeu 1e édition, état 10/10 en anglais s’est vendu aux enchères pour 506,969 $. Un demi-million pour un morceau de carton. De quoi donner le tournis à ceux qui ont vendu leurs cartes pour 5 € en vide-grenier car ça n’était plus à la mode dans la cour de récré.

Tortank et Dracaufeu 1ère édition

Attention, toutes les cartes ne valent pas leur pesant d’or. Tout d’abord, certaines cartes sont plus recherchées, de par leur ancienneté, leur rareté, leur qualité ou juste la popularité du Pokémon sur la carte : “Un Dracaufeu ou un Pikachu, ça vaudra toujours quelque chose”. La qualité est essentielle pour faire grimper les prix. Il faut donc faire expertiser sa carte. Pour cela des entreprises spécialisées, propose d’estimer l’état de la carte sur une échelle de 1 à 10“Ils vont vérifier si les bords sont abîmés, s’il n’y a pas d’erreur d’impression ou de rayure d’usine. Même en sortant la carte du paquet, le 10/10 n’est pas assuré” précise l’expert Pokémon.

La fièvre de l’ouverture

Le marché d’exception que représentent les cartes gradés n’est pas la seule manière de collectionner. Certains préfèrent acheter des objets scellés. Des boosters (petits paquets de 10 cartes), des displays (boîte de 30 boosters), des coffrets et autres produits dérivés. “L’acheteur ne sait pas sur quoi il va tomber, mais il y a le plaisir de l’ouverture, c’est comme jouer à la loterie” raconte Nicolas. Là aussi, les prix peuvent flamber. Certains boosters des premières éditions se vendent pour des centaines d’euros, sans savoir si on peut y obtenir des cartes intéressantes. Mais le détail est poussé si loin, qu’en pesant, au gramme près un booster, on peut savoir si une carte rare s’y trouve. 

Jungle Booster : 200€ pièce

Certains désirent également compléter des séries récentes, et pour cela, il faut acheter des boosters. Dans ce cas-là, les prix sont raisonnables (autour de 10 €), mais cela n’empêche pas les excès. Un buraliste de Toulouse constate la folie qui gravite autour de Pokémon : “Quand je suis livré en carte, tout le stock part en trois jours. Et ce ne sont pas que des enfants, il y a beaucoup de trentenaires”. Même constat pour Nicolas et sa boutique Relic : Certaines personnes sont prêtes à acheter tout notre stock, alors on limite la vente de booster à un par personne”. 

“La hype Pokémon est en train de s’essouffler, les prix se stabilisent” observe Nicolas. Cela va laisser de la place à d’autres jeux plus de niche comme Magic ou Yu-Gi-Oh. Ces franchises sont également très populaires, sans atteindre les sommets de Pokémon qui reste le jeu de cartes à jouer et à collectionner le plus populaire. La franchise de Pikachu connaît un succès plus ou moins important selon les périodes, mais sans jamais disparaître. Autrefois simple jeu pour enfants, il est devenu en quelques années, un véritable investissement et business florissant.  

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?