C’est LE local de cette étape de coupe du monde de slopestyle. Il représente la région et le domaine skiable de Font-Romeu Pyrénées 2000. Sur des skis depuis ses 5 ans, Vincent n’a jamais cessé d’aimer la montagne. Une passion qui perdure et qui le suit depuis maintenant plusieurs années dans sa vie professionelle. Portrait d’un jeune talent de chez nous.

– Age : 22 ans (5 juillet 1997)

– Origine : Malgache, né à Paris et habite sur Font-Romeu depuis ses 8 ans

– Fait : du ski freestyle et a obtenu un bac pro en cuisine

– Aime : Les pâtisseries, les femmes, les voitures et les pick-up, l’océan, le hockey et l’équitation

– Déteste : se prendre des rateaux, quand les choses ne se passent pas comme il veut et tomber en ski.

– Anecdote : S’est fait pipi dessus lors de sa première journée au ski quand il avait 5 ans.

 

Vincent est skieur professionel et membre de l’équipe de france de ski freestyle. Il est revenu sur Font-Romeu, sa terre (presque) natale le temps d’un évènement international. On en profite donc pour vous présenter notre petit préféré.

‘Salut Vince ! Présente toi !
Salut, donc moi c’est Vince Maharavo,  j’ai 22 ans et je suis Pyrénéen. Je suis un peu métissé, les gens m’appellent souvent « le chinois » mais pas du tout je suis malgache.  Je suis sportif et passionné de ski, de freestyle en général.  C’est dans ça que je passe d’ailleurs le plus clair de mon temps. Je fais la fête aussi de temps en temps mais ça commence à m’ennuyer. Je suis super sympa quand je veux mais quand je suis chiant, bah je le fais bien savoir. Ce que les gens ne supportent pas.

Ça ressemble à quoi une journée type avec toi ?
Déjà, tout commence lorsque je suis dans mon lit au réveil. C’est un check des notifications, les réseaux, les mails, le compte en banque… Puis c’est douche, petit dej’ et on part pour le snowpark. Donc je m’entraîne ou je fais ma compet’ en fonction de la journée que c’est. Sinon je filme.  Puis je finis par rentrer chez moi… et c’est à ce moment là que je me dis que quand même…  j’ai bien envie de continuer à faire ça pendant un moment.

C’est quoi le ski pour toi ? 
Le ski c’est une passion. Je passe le plus clair de mon temps sur mes deux spatules, et quand je skie je ne vois pas le temps passer. Ça m’est déjà arrivé de skier 10 heures d’affilé sans m’en rendre compte. Puis c’est grâce à ce sport que je me suis fait une petite notoriété.  C’est grâce à ça que les gens reconnaissent que j’ai fait des efforts pour progresser et en arriver là. C’est ainsi que j’ai réussi à en faire mon métier. Donc aujourd’hui je vis exclusivement du ski. Il y en a le matin ils vont à la boulangerie ou au bureau… bah moi je vais skier. Je ne pouvais pas rêver mieux, c’était mon rêve d’enfant.  

 Et aujourd’hui où est-ce que tu passes le plus de temps ? 
Je passe le plus de temps  dans les alpes suisses et autrichiennes car je m’entraîne énormément là-bas. Sinon depuis 2 ans je fais un DUT en techniques de commercialisation à Annecy. C’est une section qui a été mise en place par la fédération de ski. Donc au lieu de passer ce DUT en 2 ans on le passe en 3 ans afin d’avoir le temps d’aller s’entraîner et faire les compétitions. Sinon, à côté de ça, j’ai aussi des vacances. C’est l’avantage de ce métier, vu que j’ai des dates fixes pour les compétitions, eh bien je peux décider de me prendre une ou deux semaines pour souffler un peu quand j’en ai besoin. 

Est-ce que tu penses pouvoir continuer a avoir ce train de vie là encore longtemps ? 
Mon objectif est tout de même d’essayer d’améliorer mon train de vie au fil des années. Mais l’économie  du ski  et du sportif professionnel  est une économie décroissante.  Et les sportifs français ont de plus en plus de mal à trouver des financements.  Moi j’ai perdu un contrat cette année. C’est dur de trouver des financements dans le sport tout court… c’est un peu aléatoire pour nous.

Qu’est ce qui te rend heureux aujourd’hui ?
Quand je fais un podium avec les copains, que tout le monde rentre ses runs sans se faire mal… ça ça me rend heureux, et c’est la satisfaction du freestyle, c’est pour ça que l’on fait ce sport. C’est pour ces sensations là d’accomplissement. C’est juste accomplir  des choses quoi.

Qu’est ce qui te motive ? 
L’argent !  C’est bien vrai non ?  L’argent contribue fortement au bonheur (rires). Non sinon, sans rigoler, ce sont les sourires, la rigolade… c’est tout ce qui me motive dans la vie en général.

Un skieur qui t’inspire ? 
Dans le ski ce qui est cool c’est que tout le monde et tous les styles sont différents. 

Donc ce n’est pas un ou des skieur en particulier qui m’inspirent, mais plusieurs. Evidement il y a des riders que l’on préfère a d’autres… Mais je ne dirai pas que j’ai un skieur préféré. Je m’inspire d’ailleurs de plusieurs skieurs. Mais il y en a tellement que je ne peux pas citer de noms.

On retrouvera Vincent lors des qualifications qui se déroulent aujourd’hui sur le domaine de Font-Romeu Pyrénées 2000. En espérant que notre jeune poulain se qualifiera pour la finale de samedi. 

Crédits photos : Pierre Mérimée