Ce jeudi 14 février, les députés européens ont condamné l’usage « disproportionné » des lanceurs de balles de défense (LBD) par les forces de l’ordre.

En plein mouvement des Gilets jaunes en France, les députés européens ont adopté, ce jeudi, une résolution condamnant l’usage « disproportionné » de des lanceurs de balles de défense. « Le recours à certains types d’armes à létalité réduite par les forces de police contre des manifestants pacifiques, comme les projectiles à impact cinétique. »

>> A LIRE AUSSI : Peut-on encore manifester en France sans danger, ni violence ?

La résolution « sur le droit à manifester pacifiquement et l’usage proportionné de la force » a été votée par 438 députés européens, 78 se prononçant contre et 87 s’étant abstenus.

De nombreuses règles

Reconnaissant que « la police, qui a compté elle aussi de nombreuses victimes dans ses rangs, travaille dans des conditions difficiles, compte tenu notamment de l’hostilité dont font preuve certains manifestants, mais également de la charge de travail excessive », le texte demande aux états membres plusieurs choses.

– « veiller à ce que le recours à la force par les services répressifs soit toujours légal, proportionné et nécessaire, qu’il ait lieu en ultime recours et qu’il préserve la vie et l’intégrité physique des personnes » 

– « faire en sorte que toutes les armes fassent l’objet d’évaluations et d’essais indépendants avant leur mise sur le marché » 

– collecter « des preuves concernant le recours, le recours abusif, les conséquences inattendues, les blessures et les décès ainsi que leurs causes » dus aux armes utilisées par les forces de l’ordre 

– « recourir à des pratiques alternatives qui ont déjà fait leurs preuves, notamment celles qui permettent d’éviter tout contact physique avec les manifestants et qui font appel à des médiateurs ».

– et condamne « le recours aux gaz lacrymogènes », massivement utilisés par les forces de l’ordre françaises et qui font eux aussi débat.