La CGT avait appelé à la grève générale en ce mardi 5 février. Et pour y répondre, de nombreux Gilets jaunes avaient prévus des actions ciblées à différents endroits stratégiques du pays. À Toulouse, ils se sont mobilisés dès 5h ce matin pour bloquer le péage de Toulouse Nord.

« Bloquer l’économie toulousaine« , voilà l’objectif que s’étaient fixés de nombreux Gilets jaunes suite à l’appel à la grève générale de la CGT. Et comme à leur habitude, c’est sur les réseaux sociaux qu’ils se sont organisés.

Dès 5h ce matin, ils étaient environ une trentaine à être présents devant le centre commercial de Balma-Gramont. C’est alors que les organisateurs ont annoncé le blocage du péage de Toulouse Nord, situé sur l’autoroute A62.

>> À LIRE AUSSI : Manifestations du 5 février : à quoi faut-il s’attendre ?

Dès lors les Gilets jaunes se sont organisés en convoi pour se rendre sur place, en réalisant au passage, une petite opération escargot sur la rocade. Une opération qui n’aura eu aucune incidence sur le trafic étant donné l’heure matinale.

Entre 150 et 200 Gilets jaunes pour bloquer le péage

Nicolas, l’un des Gilets jaunes organisateur, expliquait dans la matinée : « on est entre 150 et 200 là, c’est bien, ça permet de bien bloquer. On a eu raison de faire converger le rassemblement de Basso Cambo et de Balma ici. »

Une situation qui a par contre provoqué de nombreuses perturbations sur la route pour les toulousains.

Un blocage d’autant plus efficace que les Gilets jaunes s’étaient organisés préalablement. Des pneus et des palettes avaient été disposés à proximité d’un accès piéton au péage. Si bien qu’en quelques minutes, et après la création d’une chaîne humaine, les manifestants ont rapidement pris possession du péage.

Les gilets jaunes ont investi le péage de Toulouse un peu après 6h ce matin. / Crédits : S.H

« On ne lâchera rien »

Pour tous les Gilets jaunes rencontrés sur place, cette opération de blocage n’est qu’une démonstration de plus de leur volonté de changement de la société : « avec cet appel à la grève, on ne pouvait pas ne pas répondre. Et puis on sera plus nombreux aujourd’hui, ça aura peut-être plus d’impact. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on lâchera rien« , déclarait un Gilet jaune présent sur le péage.

>> À LIRE AUSSI : Gilets jaunes : un nouveau rond-point occupé pour plus de visibilité

Sur le péage, les voitures passent au compte goutte, mais les camions eux, ne bougent pas. Et après quelques heures de blocages, certains automobilistes ont perdu patience. « Vous vous trompez de cible, c’est pas nous qu’il faut bloquer » a déclaré un conducteur lorsqu’il a enfin pu passer la barrière de péage. Et l’exaspération a aussi gagné certains chauffeurs routiers, qui ont failli en venir aux mains avec plusieurs Gilets jaunes.

Vous l’aurez compris, la situation était parfois tendue au péage de Toulouse Nord. Mais en fin de matinée, les gendarmes sont venus déloger les Gilets jaunes et rouvrir la barrière de péage. Un nouveau point de blocage devrait être décidé pour les prochaines heures.