Depuis quelques années, le tatouage se démocratise de plus en plus. Cependant, il n’est pas seulement esthétique. Plusieurs styles de tatouages ont pour but de cacher des cicatrices, des marques apparentes ou des complexes

Maryline complexe depuis de nombreuses années. Suite à un problème génétique, elle perd ses cheveux, qui ne repoussent pas. Son cuir chevelu est donc apparent et source de nombreux complexes. Après avoir tout essayé pour cacher son crâne, elle est allée voir Jojo-Lita, une tatoueuse toulousaine, afin de tenter la micro-pigmentation. Cette technique de tatouage lui permettait de retrouver un cuir chevelu « garnit ». Mais les pigments n’ont pas tenu. Elle a aujourd’hui fait le choix d’un tatouage indélébile : « La situation devenait invivable. Je devenais parano au moindre coup de vent, je ne me baignait plus, n’allait plus chez le coiffeur de peur de me voir telle que je suis. C’est très difficile à vivre pour une femme, les cheveux c’est une marque de féminité ».

Un nouveau départ grâce au tatouage

C’est la technique du duts, du point par point qui a été utilisée afin de recouvrir le cuir chevelu de Maryline. Cette technique nécessite un savoir faire et une grande concentration : « À force de tatouer des points regroupés, ça donne l’illusion d’une ombre. Donc on voit moins son cuir chevelu, et ça donne un résultat naturel. » explique Jojo-lita. Grâce à ce tatouage, Maryline va prendre un nouveau départ, mieux vivre et arrêtera de se focaliser sur son problème capillaire.

Reportage photo :

Préparation du tatouage capillaire / Crédits : Coraline Mercier
La préparation du tatouage / Crédits : Coraline Mercier
Le crâne sans tatouage / Crédits : Coraline Mercier
Tatouage capillaire / Crédits : Coraline Mercier
Tatouage capillaire / Crédits : Coraline Mercier
Tatouage capillaire / Crédits : Coraline Mercier
Tatouage capillaire / Crédits : Coraline Mercier

À lire aussi :

La Convention de Tatouage de Toulouse : Le rendez-vous pour les amoureux du tatouage

Le tatouage pour se reconstruire