Ce week-end avait lieu la douzième édition à l’espace Diagora de Labège. Quelques 139 tatoueurs et deux perceurs venus du monde entier se sont déplacés pour l’évènement.

Ce salon s’inscrit déjà comme un rendez-vous incontournable pour les amoureux du tattoo. Que ce soit en France ou à l’international, en douze ans, la Convention de Tatouage de Toulouse a su se faire une place dans les dates à ne pas manquer. Mais pourquoi un tel succès ?

À REGARDER AUSSI : Le tatouage pour se reconstruire

Alice tient un stand pour la sixième année consécutive à la Convention de Toulouse. (Cdt/Manon Louvet)

Alice a 29 ans. Alice vient de Perpignan. Alice est tatoueuse, un métier de passion qu’elle aime pratiquer depuis maintenant de nombreuses années. Et depuis six ans, Alice se rend à Toulouse pour la Convention de tatouage. Pourtant, participer à cet évènement n’est pas donné. En tout, il faut compter entre 800 et 1 000 euros entre le déplacement, le logement, et la location du stand. Mais Alice a bien ses raisons de revenir d’année en année. Cette convention est la plus ancienne de France, et ceux qui répondent présents le savent, elle explique : « Beaucoup sont des habitués. À chaque fois, je retrouve des clients qui ont muri leur tatouage pendant un an et qui ont attendu le rendez-vous pour enfin passer à l’acte. » Mais ce qu’Alice et les autres participants apprécient le plus, c’est aussi qu’ici, « on trouve toutes catégories de personnes ».

Un véritable panel de personnalité

À la Convention de Tatouage de Toulouse, toutes sortes de personnes sont présentes. On y retrouve les curieux, les peureux qui osent enfin se lancer comme pris par l’atmosphère qui y règne, ceux qui se décideront au moment où ils allaient partir, ceux qui auront un coup de cœur et qui fonceront par la suite, mais aussi les habitués qui savent où aller avant même d’être arrivés.

Cindy (sur la première photo), 22 ans, fait parti de cette dernière catégorie de personnes. Cela fait quatre ans qu’elle vient et c’est ici qu’elle a trouvé le tatoueur qui lui correspond. Durant les douze mois qui ont séparé la onzième édition de la douzième, Cindy s’est faite tatouer plusieurs fois. Mais le tatouage avec lequel elle repart aujourd’hui, elle a attendu de revenir sous l’aiguille de son tatoueur pour le faire. Cindy est elle aussi tatoueuse mais « ici c’est la visiteuse passionnée qui entre. »

Et les tarifs alors ?

L’entrée à la Convention coûte quinze euros. Une fois dedans, chaque tatoueur applique ses propres tarifs. C’est à ce moment là que chacun choisit la technique qu’il souhaite adopter.

Certains décident de baisser leurs tarifs pour se faire une certaine réputation, pendant que d’autres choisissent de monter leur prix, juste pour la notoriété de l’événement mais aussi pour le rentabiliser. Alice, elle, a décidé de garder ses tarifs.