Incendie rue Bayard : un rassemblement des sinistrés devant la mairie

Incendie rue Bayard : un rassemblement des sinistrés devant la mairie

Des militants du DAL31 et des sinistrés de l'incendie rue Bayard se sont rassemblés ce lundi midi devant la mairie. / Crédits : S.H.
Des militants du DAL31 et des sinistrés de l'incendie rue Bayard se sont rassemblés ce lundi midi devant la mairie. / Crédits : S.H.

Ils étaient plusieurs dizaines devant la mairie de Toulouse ce midi. Sinistrés de l’incendie du 73 rue Bayard et militants du collectif Droit au Logement se sont rassemblés place du Capitole pour demander un rendez-vous avec les autorités.

Le rendez-vous était fixé à 12h30 sur la place du Capitole. Accompagnés de militants du collectif Droit au Logement, plusieurs sinistrés de l’incendie de la rue Bayard ont demandé un rendez-vous avec le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, afin de trouver des solutions de relogement.

>> À LIRE AUSSI : https://www.le24heures.fr/2019/01/10/incendie-a-toulouse-rappel-des-faits/

Actuellement, ils sont environ 70 à être hébergés au gymnase du collège Toulouse-Lautrec. Mais selon plusieurs sinistrés rencontrés sur place, la situation n’est plus tenable.

Un rendez-vous avec la mairie pour trouver des solutions de relogement…

François Piquemal, porte-parole du DAL31, explique que l’obtention d’un rendez-vous avec la mairie « est la moindre des choses pour les sinistrés« . Selon lui, il faut « rassurer les victimes et les aider dans l’obtention d’un logement décent« .

Il poursuit : « il y a des logements disponibles à Toulouse qui pourraient être réquisitionnés pour les sinistrés de la rue Bayard. » Des logements réquisitionnés qui pourraient permettre aux sinistrés de quitter le gymnase qu’ils occupent depuis jeudi dernier.

Les habitants attendent beaucoup du rendez-vous avec la mairie. / Crédits : S.H.

… Et récupérer leurs affaires laissées dans l’immeuble

Car ce que veulent avant tout les sinistrés, c’est récupérer leurs affaires laissées dans l’immeuble en flammes. Tous ont été évacués à la hâte, sans pouvoir emporter leurs cartes de transport, leurs cartes bancaires, ou encore leurs papiers d’identités.

Khanh, un habitant de l’immeuble, explique : « cela fait plusieurs années que je suis en France, mais ma carte de séjour est restée dans mon appartement. Sans elle, je ne peux ni travailler, ni entamer de démarches pour être relogé. Je ne veux pas finir SDF… » Une situation qui l’inquiète d’autant plus que les conditions de vie dans le gymnase sont compliquées. « Il y a du monde dans le gymnase, et beaucoup de familles avec des enfants très jeunes. Il fait froid et il y a beaucoup de bruit. C’est très compliqué et les journées sont très longues… »

Des solutions seront peut-être trouvées d’ici ce soir, puisque la mairie de Toulouse a accepté de rencontrer un groupe d’habitants à 17h30. En attendant, les sinistrés et quelques militants sont restés sur place.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?