Stade Toulousain : la frustration doit laisser place au jeu

Jean Bouilhou, entraîneur des avants du Stade Toulousain, a "envie de voir ce que son équipe a dans le ventre". ©Yohan Lemaire

Ces dernières semaines ont été compliquées du côté d’Ernest-Wallon. Entre multiplication des cas de Covid-19 et reports de matchs, les Rouges et Noirs n’ont disputé qu’une seule rencontre au cours du dernier mois écoulé. Pourtant le Racing 92 débarque dans la ville rose samedi et il faudra être prêt.

« On est frustrés » les mots du pilier Rodrigue Neti, ce jeudi 27 janvier en conférence de presse, résumaient les pensées toulousaines de ces dernières semaines. Jamais depuis le début de la pandémie, le club n’avait été autant impacté. Sofiane Guitoune, lui aussi présent ce jeudi en conférence de presse, préférait ne pas s’en plaindre : « On n’est pas les seuls dans ce cas-là. Oui c’est frustrant, on ne réussit pas à enchaîner mais c’est pareil pour tout le monde ».

Les retrouvailles avec Ernest Wallon

C’était il y a plus de deux mois désormais. Le 27 novembre précisément. Les Toulousains sortaient vainqueurs d’une grosse bataille face à Brive sur le score de 18-11. Un match disputé dans le froid, qui n’avait pas fait briller les lignes arrière. Depuis, les joueurs d’Ugo Mola n’ont plus disputé la moindre rencontre dans leur antre. Une longue absence qui a pesé sur le moral des Toulousains : « Les matchs contre les Wasps, contre le Stade Français au Stadium, ce sont de gros évènements et on pas pu les passer avec eux (les supporters). C’est triste. Je pense et j’espère que ça va aller mieux dans les prochaines semaines », reconnaissait le centre Sofiane Guitoune.

Même son de cloche pour Rodrigue Neti qui exprimait son envie de retrouver ce stade et d’enfin pour y rejouer. Du côté du staff Jean Bouilhou garantissait : « Tous les joueurs qui seront aptes à jouer seront motivés. Ça fait tellement longtemps que nous n’avons pas joué ici. C’est une belle affiche, à domicile, contre une belle équipe du Racing 92 ».

« On va voir ce qu’on a dans le ventre »

Depuis décembre, les Haut-Garonnais n’ont disputé que quatre petits matchs. Trois se sont soldés par des défaites et un par un succès en terre galloise. Des résultats en petite baisse après un début de championnat tonitruant. Interrogé sur ce potentiel manque de rythme, en conférence de presse, l’entraîneur des avants des Stadistes, Jean Bouilou, répondait ceci : « Forcément il y a une petite part d’inconnu. Mais elle peut être gommée par un surplus d’envie, de solidarité et de cohésion. Il y a surtout une énorme envie de jouer ».

Un rythme qu’il va vite falloir trouver puisque les Rouges et Noirs vont enchaîner les rencontres dans les prochaines semaines, ce qui n’effraie pas forcément Jean Bouilhou, qui a déjà connu des périodes similaires lorsqu’il jouait : « On est face à une très grosse période qui arrive pour nous. Ça sera très intéressant parce qu’on va être mis au défi de pas mal d’équipes. Ce sont des semaines qui vont nous challenger, on va voir ce qu’on a dans le ventre durant les six prochaines six semaines » certifiait le coach des avants.

Malgré des entraînements annulés et des semaines complexes, les Rouges et Noirs seront prêts. Le Stade s’attend à un gros défi contre le Racing 92 et devrait pouvoir compter sur ses internationaux, remis de leur Covid. Dupont, Ntamack, Jelonch, Baille et Cros devraient postuler parmi les 23 joueurs retenus pour samedi soir. Ils ne s’envoleront que la semaine prochaine pour Marcoussis. Une petite bonne nouvelle de ces derniers jours compliqués.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?