Retour en présentiel, « chèques psy » : les annonces d’Emmanuel Macron aux étudiants

Retour en présentiel, « chèques psy » : les annonces d’Emmanuel Macron aux étudiants

Emmanuel Macron en discussion avec des étudiants de l'université Paris-Saclay. Crédit : Yoan Valat - AFP
Emmanuel Macron en discussion avec des étudiants de l'université Paris-Saclay. Crédit : Yoan Valat - AFP

Emmanuel Macron, en visite aujourd’hui à l’Université de Paris-Saclay a présenté plusieurs mesures pour les étudiants.

Tandis qu’un peu partout en France, les étudiants étaient dans la rue pour protester contre leur situation au regard de la crise sanitaire, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures pour lutter contre leur mal-être. Cependant le chef de l’Etat, en visite à l’Université de Paris-Saclay, a prévenu : « Aucun retour à la normale ne peut être envisageable au second semestre ».

Un jour de présentiel par semaine à l’université

Revendication majeure des étudiants, Emmanuel Macron a annoncé qu’ils pourraient revenir en présentiel dans les universités pour suivre les cours un jour par semaine. « Un étudiant doit avoir les mêmes droits qu’un salarié (…) S’il en a besoin, il doit pouvoir revenir à l’université un jour par semaine », a-t-il indiqué. Ce retour s’accompagnera d’un protocole sanitaire très strict. Les étudiants ne pourront revenir dans les amphithéâtres par petits groupes.

Des repas à un euro pour tous les étudiants

Déjà en vigueur depuis le début de l’année scolaire pour les étudiants boursiers, les repas à un euro dans les restaurants universitaires seront désormais accessibles à tous.

Un « parcours de soins » balisé

Pour accompagner des étudiants parfois en état de détresse psychologique, le chef de l’Etat a annoncé la création de « chèques psy » à partir du 1er février permettant à « tous les étudiants qui le souhaitent » de pouvoir consulter un psychologue ou un professionnel de la santé mentale.
En outre, Emmanuel Macron a reconnu que le gouvernement « devait mieux accompagner » les étudiants en situation de mal-être.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?