Le coronavirus est au cœur des préoccupations depuis sa découverte et sa propagation. Hier soir, nous avons appris qu’une troisième personne était atteinte de ce virus venant de Chine en France. Ce sont alors les premiers cas en Europe. Cette nouvelle génère de nombreuses inquiétudes. Mais devons-nous vraiment paniquer ?

Pour commencer, il faut savoir que « coronavirus » est une famille de virus, auquel appartient le scientifiquement nommé « 2019-nCoV » qui se propage en Chine, et au-delà, depuis plusieurs semaines. Les coronavirus ont la particularité de tous être transmissibles de l’animal vers l’humain, mais tous ne provoquent pas de symptômes cliniques chez l’Homme. Le 2019-nCoV, lui, oui.

Chiffres et dispositif

Maintenant que les bases ont été établies, passons aux chiffres. Les autorités estiment aujourd’hui que 1 300 personnes ont d’ores et déjà été contaminées. Une vingtaine se trouve au-delà des frontières chinoises. C’est notamment l’exportation de ce virus qui effraie les populations occidentales. Des cas ont été recensés en France donc, mais aussi en Australie, aux États-Unis ou encore au Japon. 41 personnes ont quant à elles perdu la vie à la suite de cette contamination. Compte tenu de ces estimations, c’est une population de 56 millions individus qui est confinée en Chine. Un dispositif exceptionnel y est mis en place afin d’éviter la propagation du 2019-nCoV. Des villes sont totalement isolées, posant d’ailleurs des problèmes de rationnement. De nombreux moyens sont mis en œuvre pour protéger la population de ce virus.

Un virus semblable à celui de 2003, aux symptômes parfois ordinaires

Mais ce coronavirus rappelle de mauvais souvenirs. En 2003, il y avait déjà eu une épidémie de coronavirus principalement en Chine, appelé le Sras. Ce virus avait présenté, en fin de bilan, une mortalité de 10 % sur les personnes contaminées. Ainsi, plus 700 personnes sont décédées des suites du Sras. Mais en ce qui concerne le 2019-nCoV, pour le moment, les personnes mortes après une contamination étaient en grande partie fragilisées auparavant, soit par une autre maladie, soit par leur âge. En fait, cette maladie expose les mêmes symptômes qu’un rhume. Fièvre et toux sont les premiers désagréments observés, d’où sa détection qui peut être retardée. En revanche, quand s’ajoutent des difficultés à respirer, le coronavirus prend la forme d’une pneumonie, pouvant causer de graves infections. De plus, aucun traitement n’est encore connu pour venir à bout du 2019-nCoV. Il faut donc rester prudent, même si les symptômes peuvent au départ ne pas forcément vous alerter.

La grippe est aujourd’hui plus dangereuse en France

Mais malgré l’inquiétude qu’il génère notamment par sa nouveauté, ce virus ne peut pour l’instant pas être considéré comme plus dangereux qu’une maladie qui sévit partout autour de nous : la grippe. Il est d’ailleurs reproché aux médias, et à la population, en France aujourd’hui de ne pas assez s’attarder sur cette maladie tuant chaque année des milliers de personnes en France. Alors si vous n’avez pas peur de la grippe, il n’y a pour le moment pas de raison de ne pas sortir de chez vous à cause du coronavirus découvert en Chine.

Pour l’instant, il n’y a donc pas de raison de paniquer en ce qui concerne le 2019-nCoV. Des précautions sont à ne pas négliger, que ce soit pour ce coronavirus ou pour toutes les autres maladies se propageant en épidémie l’hiver, comme la gastro ou la grippe. Lavez-vous les mains régulièrement, et n’hésitez pas à consulter un médecin. Si vous présentez les symptômes évoqués ci-dessus, évitez cependant les urgences pour ne pas risquer de contaminer toute autre personne, mais appelez un médecin ou le SAMU.