Le président Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel sont réunis à Pau depuis hier, lundi 13 janvier. Le président a annoncé  l’envoi de 220 soldats supplémentaire au Sahel pour renforcer la lutte anti-djihadiste. Cette région du monde fait face à de multiples attaques djihadistes. Pour répondre à ce problème, le président français réunissait les présidents des cinq pays de cette région, afin de renforcer la légitimité de la présence des troupes françaises sur place. C’est dans cette idée là qu’il a annoncé hier soir l’envoi de 220 soldats au Sahel pour renforcer Barkhane, la force anti-djihadiste de la région. Ces militaires rejoindront celle déjà sur place, qui compte 4500 hommes. Le président a aussi vivement dénoncé lors de sa déclaration les propos critiquant les forces françaises au Sahel, comme quoi elles serviraient les « puissances étrangères » ou fonctionneraient comme « mercenaires ». Il insiste ainsi sur le fait que l’armée française est sur place pour « la sécurité et la stabilité » et non pour défendre des intérêts ».