Ce samedi 2 février avait lieu l’acte XII des « Gilets jaunes ». Et pour la première fois, trois cortèges ont défilé en ordre séparé. Selon la préfecture, cet acte XII aura rassemblé « quelques milliers de personnes » dans la ville rose.

Cet acte XII était déjà spécial avant même de commencer. Pour protester contre les violences policières, les « Gilets jaunes » avaient appelé les manifestants à un acte XII en hommage à toutes les victimes et blessés depuis le début du mouvement. Et pour symboliser cet hommage, plusieurs manifestants sont venus avec un oeil bandé ou des blessures fictives créées pour l’occasion.

Trois cortèges pour une journée de mobilisation

C’était une première à Toulouse. Ce samedi 2 février, trois cortèges différents avaient appelés à manifester. Et pour la première fois, quelques « Gilets jaunes » avaient officiellement déclaré leur manifestation auprès de la préfecture.

>> À LIRE AUSSI : Toulouse : l’acte XII des Gilets Jaunes sera la première manifestation déclarée

Pour cette manifestation déclarée, le départ était prévu à 14h à Compans Caffarelli. Le cortège devait ensuite rejoindre le monument aux Morts puis le Grand Rond, avec une dispersion prévue au niveau des allées Jules Guesde. Mais cette manifestation déclarée, qui avait fait polémique au sein même des « Gilets jaunes », n’a rassemblé qu’une cinquantaine de personnes.

Quelques centaines de mètres plus loin, sur la place Arnaud Bernard, un autre cortège avait lui aussi prévu de manifester à partir de 14h. Mais là-bas, pas de gilets jaunes, mais des gilets roses et des syndicats, qui souhaitaient protester contre la réforme de leur indemnisation chômage. Là encore, les manifestants n’étaient pas au rendez-vous.

Les assistantes maternelles, appelées « gilets roses » s’étaient donné rendez-vous place Arnaud Bernard à 14h. / Crédits : S.H

C’est le dernier cortège, qui partait de Jean Jaurès, qui a rassemblé le plus de personnes. Comme les autres semaines, les « Gilets jaunes » s’étaient donné rendez-vous à 14h pour une manifestation non déclarée. Plusieurs milliers de manifestants étaient présents pour un défilé qui a pris la direction du monument aux Morts pour se terminer sur la place du Capitole.

À la fin du défilé, les manifestants se sont rassemblés sur la place du Capitole. / Crédits : S.H

Des incidents sur les grands boulevards

Après une première tentative de dispersion des manifestants sur la place du Capitole, le cortège principal s’est retrouvé au niveau du métro Jean Jaurès. De là, les manifestants ont voulu repartir pour un nouveau défilé. Mais c’était sans compter sur la présence de casseurs, qui s’étaient greffés au cortège. Très vite, ces casseurs se sont mis en avant du cortège pour aller chercher la confrontation avec les forces de l’ordre, qui s’étaient remobilisées en avant et en arrière du cortège, pour prendre les manifestants en tenaille.

Le dispositif policier était très important en ce samedi 2 février. / Crédits : S.H

Des affrontements qui ont duré de nombreuses minutes, et où les policiers et gendarmes mobiles ont répondu aux casseurs à coups de gaz lacrymogènes. Un certain nombre de gilets jaunes ont alors quitté les lieux. Mais les manifestants restants se sont à nouveau rassemblés à Jean Jaurès. Un jeu du chat et de la souris qui s’est poursuivi ensuite au niveau de Jeanne d’Arc, jusqu’à Arnaud Bernard.

Encore une fois, la manifestation des « Gilets jaunes » à Toulouse se sera terminée en affrontement avec les forces de l’ordre. Une situation qui s’éternise à Toulouse, et comme dans d’autres villes de France. Au niveau national, la mobilisation est en baisse selon le ministère de l’Intérieur, puisqu’ils étaient 58 600 manifestants ce samedi, contre 69 000 la semaine dernière.

>> À LIRE AUSSI : En direct. L’acte XI des Gilets jaunes à Toulouse