Avis aux amateurs de viande : le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume a annoncé que 795 kg de viande avariée polonaise avaient été retrouvés dans « neuf entreprises » du secteur agroalimentaire français. Alors que 150 kg ont été récupérés, le ministre affirme que les entreprises ont été « dupées ».

C’est un nouveau scandale sanitaire qui a été révélé au grand jour : six ans après la viande de cheval retrouvée dans les produits Findus, c’est maintenant de la viande avariée polonaise qui a été distribuée dans plusieurs pays de l’Union Européenne. C’est à la suite d’une enquête menée par un journaliste polonais de la chaîne commerciale TVN24 que l’affaire a été révélée au grand public. Après avoir passé trois semaines dans l’abattoir de Kalinowo, ce dernier a publié des images de bovins traînés la corde au cou, visiblement malades et serrés dans un camion, ainsi que des carcasses entassées et des morceaux de viande paraissants non commercialisables. Reconnaissant la fraude, le ministre polonais de l’Agriculture a cependant déclaré qu’il s’agissait d’un « incident isolé ». Par la suite, l’homme politique a indiqué à la chaine publique TVP Info : « Nous avons affaire à une pathologie : sur un site, des vaches malades étaient abattues à l’insu et sans le feu vert des vétérinaires ».

À LIRE AUSSI >> Viande de cheval : Ouverture du procès Spanghero

« Une fraude terrible »

Le ministre de l’agriculture français, lui, s’est montré indigné par la situation : « C’est une fraude terrible, une fraude économique, une fraude sanitaire d’un abattoir polonais.  Nous avons appris cela avant-hier soir et avons mis toutes nos équipes dessus. »  Vytenis Andiukaiti, Commissaire européen à la Santé et à la sécurité alimentaire, a annoncé une inspection en Pologne la semaine prochaine. Les autorités polonaises ont également été appelées à assurer le respect des normes européennes. Alors que  7 tonnes de viande provenant de cet abattage ont été distribuées dans une vingtaine de points de vente en Pologne, les autorités slovaques ont également découvert au moins trois cargaisons de viande de bœuf importées du pays qu’elles estiment liées à cette affaire.