j'arrête tout

les dangers et addictions

 

Le concept de sugardating n’est pas nouveau. Depuis 2012, les sites tels que RichMeetBeautiful et SeekingArrangment se multiplient en France, comme dans de nombreux autres pays. Cela peut constituer un piège pour les sugar babies qui découvrent un moyen de gagner facilement de l’argent. Un mode de vie qui peut rapidement mener à l’addiction. Aujourd’hui, la recherche de sugar daddy ou sugar baby passe également par les réseaux sociaux.  

Eddy

Sugar Baby

« Je ne me prenais pas la tête, on allait passer un bon moment »

Les sugar babies, souvent des étudiantes et étudiants, s’inscrivent sur ces sites pour plusieurs raisons. Certains ont besoin d’aides financières pour payer leurs études, leur loyer ou boucler leur fin de mois. D’autres préfèrent recevoir des cadeaux de luxe, partir en voyage ou aller au restaurant.

Les sites ont recours aux expressions comme « relations mutuellement avantageuses et aides financières». Ces expressions floues ne permettent pas de connaître exactement les termes du contrat. Ces termes sont discutés lors des rencontres physiques ou en ligne.

Françoise Gil

Sociologue

« Il existe un véritable risque d’addiction »

Le danger avec ces plateformes est que les sugar babies normalisent le fait de pouvoir être entretenu quand on est jeune et joli.

« Le danger pour ces filles est que si maintenant c’est relativement facile pour elles d’obtenir entre 3 000 euros et 4 000 euros par mois d’argent et de cadeau, cela le sera beaucoup moins quand elles arrêteront. Elles resteront insatisfaites et continueront à vouloir des produits de luxe. Or ces sites et les « généreux bienfaiteurs »  ne recherchent que des très jeunes femmes » explique Françoise Gil, sociologue et spécialiste de la prostitution, lors d’une interview pour Le Monde.

Un phénomène porté par les réseaux sociaux

Le sugar dating prend de plus en plus d’ampleur. Et ce n’est pas seulement lié aux sites, mais aussi aux réseaux sociaux. Les annonces passent sur Twitter, Instagram et Facebook. Ainsi, on peut chercher un sugar baby ou un sugar daddy en intégrant des groupes privés sur Facebook, ou en discutant en ligne sur Twitter et Instagram.

Des « Stories » sur Instagram de comptes publics ou privés, font aussi la publicité de ce phénomène.

Il suffit d’écrire sugar dating dans la barre de recherche de Twitter pour être mis en lien directement avec des comptes ou des personnes de ce milieu. Et cela pose un réel problème, car il est aujourd’hui très simple d’échanger avec eux. En deux clics, on suit et parle avec un sugar daddy.