LE CÔTÉ POSITIF DES ULTRAS

Les ultras sont parfois décrits comme des animaux, alcooliques, irresponsables et d’autres termes peu… lorsqu’ils sortent du cadre. Pourtant, lorsqu’ils réalisent de magnifiques tifos ce sont exactement les mêmes personnes. Tout d’un coup ils deviennent alors de formidables supporters. Les ultras sont un peu enfermés dans un cadre. «On veut les voir comme ça, faire ci, faire ça mais surtout ne pas déranger». Le milieu du football souhaite avoir seulement le bon côté des ultras. Seulement, lorsque les interdictions de stades et de déplacements pleuvent tous les week-ends, le revers de la médaille arrive. Pourtant, un stade de foot est fascinant lorsqu’il explose de joie, quand il communie, quand il pousse son équipe vers la victoire. Il l’est tout autant quand il siffle et paralyse un adversaire voir même lorsqu’il influence, inconsciemment, l’arbitre. Le fameux douzième homme pour lequel on regarde également le football. Les Ultras sont sans cesse évoqués pour leur débordements, alors qu’ils sont également auteurs d’évènements dont on entend que très peu parler comme nous confie Alexandre Roux «Pendant la crise du coronavirus, énormément de supporters et notamment des groupes d’ultras ont participé à des actions caritatives envers les personnels soignants ou pour les plus démunis. Alors qu’à cette période là, les dirigeants du football français se crêpaient le chignon sur l’arrêt ou non du championnat» C’est ce qui freine la compréhension du grand public envers ces supporters. Bien qu’ils aient comme seul but de soutenir leurs équipes avec un dévouement impressionnant, ils se heurtent à une répression venant des grandes instances. Ce qui fait monter la colère au sein du groupe et qui ne fait que renforcer un fossé déjà immense entre ces 2 acteurs du football français. Les ultras s’opposent à ce qui est aujourd’hui appelé « football moderne » que représentent ces instances qui veulent restreindre ce mouvement.