Supp : Lutte homophobie

L’HOMOPHOBIE,

SUJET POLEMIQUE

C’est ce qu’on appelle une impasse. Celle dans laquelle était engagée la Ligue Française Professionnelle de football l’année dernière, face aux groupes de supporters des clubs de Ligue 1. Alors que plusieurs matchs avaient été arrêtés par les arbitres, qui appliquaient les nouvelles réglementations des instances de football français pour lutter contre l’homophobie, les groupes de supporters ultra ont continué de provoquer ces instances. Après ces premiers matchs arrêtés, les chants ou banderoles provocantes, tournés dans la dérision, se sont multipliés. Le but? Faire comprendre que ces insultes homophobes n’ont aucune arrière pensée discriminatoires à l’encontre des homosexuels. C’est seulement le «folklore» des tribunes rétorquent les ultras. Sauf que la Ligue de Football ne voit pas cela du même œil. S’en suit un dialogue de sourds. La violence est donc ici verbale ou écrite et dénote avec celle qui était le plus souvent remarquée dans les stades à savoir la violence physique. Les acteurs du football français vont alors faire front face à ces groupes de supporters comme le fait remarquer Fréderic Scarbechi, journaliste et co-auteur du livre supparterre « L’année dernière, dans le contexte des insultes à caractère homophobe, personne n’avait défendu les supporters au sein du milieu footballistique ». Pourtant, les clubs, aujourd’hui confrontés à une crise économique de grande ampleur, ont besoin de ces supporters et notamment des ultras continue Frédéric « regarder un match de foot sans bruit c’est compliqué. On aimerait bien faire sans eux mais ils ajoutent une valeur ajoutée au produit ». Les ultras ne font et ne feront jamais l’unanimité. Les deux parties ne semblent pas prêtes à faire un pas vers l’autre. De là à être irréconciliable ? L’avenir nous le dira.

Les supporters déploient des banderoles en réponse aux accusations d’homophobie ↓