PAGE RÉcit 4 APPEL A l’asso

 Appel à l’association

 

La situation vous échappe, et tout cet administratif se complexifie à mesure que vous avancez. Vous décidez de vous tourner vers une association pour contester l’OQTF et le refus de naturalisation que vous avez essuyé. En deux clics, vous tombez sur La Cimade, une association qui gère beaucoup de situations comme la vôtre. C’est à elle que vous faites appel.

Le bénévole qui vous reçoit vous indique que vous avez trente jours pour contester ces deux décisions auprès du tribunal administratif de Toulouse. La présence d’un avocat à vos côtés n’est pas obligatoire mais, si vous y tenez vraiment, vous avez le choix entre demander un avocat commis d’office ou vous tourner vers un avocat qui défendra votre situation en demandant à l’Etat de lui rembourser la prestation pour un prix inférieur à celui qu’il pratique. Dans tous les cas, vous n’aurez pas à sortir un sou de votre poche. Lui vous conseille tout de même de vous mettre en relation avec un avocat qu’il connaît. « Ils gèrent beaucoup de cas similaires et s’y connaissent parfaitement dans le domaine de l’OQTF. Vous serez mieux défendu qu’avec un commis d’office que vous ne rencontrerez que quinze minutes à l’avance et qui n’aura pas eu le temps de vraiment étudier votre dossier. » Vous faites donc confiance à ce bénévole pour qu’il vous mette en relation avec un avocat. 

Au bout de quelques mois, le tribunal administratif rend sa décision. Votre demande de naturalisation essuie un nouveau refus. L’OQTF est maintenue. Il ne vous reste qu’un seul choix : faire appel de la décision rendue. Seulement, les démarches prennent du temps, et l’Etat français n’est plus dans le devoir de vous garder sur le territoire.

Continuer