Développer le tourisme hors saison

Développer le tourisme de basse saison

L’anecdote de Christian : « dans quelques années, Rocamadour vivra toute l’année du tourisme »

Dans les années 50, il y avait un tout petit peu de tourisme, mais c’était essentiellement du pèlerinage. Aujourd’hui le changement est total. Rocamadour n’a plus d’âme, même si cela reste un lieu magique.

Tous les commerces de proximité qui existaient et qui nous faisaient nous rencontrer ne sont plus là. Mais il faut vivre avec son temps !

Pendant les 5 mois d’hiver, il y a toujours un petit peu de passage, des gens qui apprécient la ville morte. Et nous, on a  l’impression que les pierres nous reviennent un peu. Mais vous verrez, dans quelques années, Rocamadour vivra toute l’année du tourisme.

Rocamadour ne manque pas de touristes pendant la haute saison. Une haute saison qui s’étend, selon les acteurs du tourisme local, du 15 mars au 15 novembre. Avec plusieurs milliers de visiteurs en quelques semaines, les commerçants et guides touristiques n’ont pas de quoi s’ennuyer. Mais après les vacances de la Toussaint arrive une période pour le moins creuse pour la cité de Rocamadour. Une période au cours de laquelle beaucoup d’acteurs du tourisme ferment boutique. Cette période est plus communément appelée « basse saison touristique. »

« Développer le tourisme hors saison » 

Dynamiser l’activité touristique en dehors de la haute saison, c’est donc bien là l’objectif du maire de Rocamadour, Pascal Jallet. Selon lui, « il y a toujours un peu de touristes à Rocamadour, grâce au Sanctuaire, haut lieu de la chrétienté,  qui attire énormément de pèlerins. » Il faut donc trouver des solutions pour continuer d’attirer des visiteurs en basse saison. Et cela passe par la mise en place de nouveaux projets visant à attirer de nouveaux types de touristes.

Le maire  de Rocamadour Pascal Jallet annonce être en train de monter un projet de construction de salle de congrès et de conférences au sein même de la cité. Le but ? Attirer une clientèle d’affaires, mais aussi des entreprises régionales voire nationales, pour des séminaires de quelques jours. Une clientèle qui pourrait donc résider dans les hôtels de la cité, dont trois sont toujours ouverts en basse saison. Grâce à cette construction, certains commerçants pourraient rester ouvert durant une grande partie de l’année, y compris en basse saison.

Pour Rocamadour, l’avenir se trouve clairement en basse saison, avec un tout autre type de clientèle. Pour le moment, le projet de salle des congrès n’est pas encore concrétisé d’après le maire. Mais l’ambition affichée parle d’elle-même, et appelle aussi à un changement dans la vision du tourisme.