Florent – L’optimiste

Florent – l’optimiste

 

Tous les jours, Florent jongle habilement entre sa toque et son casque. Cuisinier en journée, cet amoureux inconditionnel du vélo devient livreur le soir. Quatre fois par semaine, de 19 heures à 22 heures, il sillonne les rues toulousaines. Mais ne vous inquiétez pas pour lui, cumuler deux boulots ne lui fait pas peur, bien au contraire. En devenant livreur à vélo, Florent allie travail, sport et plaisir. Ce grand optimiste arrive toujours à voir le bon côté des choses : il en est convaincu, il a trouvé l’activité parfaite pour arrondir ses fins de mois.

« Je travaille dans la restauration, alors quand je découvre de nouvelles adresses tout en livrant, je suis ravi. Les quartiers de Toulouse aussi, maintenant je les connais par cœur. »

Si vous pensez que tout est rose dans le quotidien de Florent : détrompez-vous. Récemment, le jeune livreur s’est fait volé son vélo, un problème récurrent dans le milieu. Ils sont maintenant de plus en plus nombreux à se faire dérober leur outil de travail en quelques minutes ; un seul instant d’inattention peut être fatal. Le mode opératoire des voleurs est, semble-t-il, toujours le même. Quand le livreur descend de son vélo pour donner la commande au consommateur, le délinquant le prend de vitesse, arrache son vélo et part avec, le plus rapidement possible. À partir de ce moment, le livreur ne peut plus travailler, et n’a quasiment aucune chance de revoir un jour sa bécane.

" Le temps que deliveroo te rappelle, ça dure un bon mois "

Suite à ce vol, Florent n’a reçu aucun soutien de la part de la plateforme. Pour remonter en selle rapidement, il a tenté de trouver de l’aide auprès de ses confrères. Il a envoyé un message sur une discussion commune à plusieurs livreurs de sa ville, mais parfois la cohésion ne suffit pas et Florent n’a jamais remis la main sur son vélo. Cette situation a obligé notre pédaleur à emprunter celui d’un ami, en attendant de pouvoir s’en racheter un. Cette mésaventure ne l’empêche pas de continuer son activité, cependant il espère qu’à l’avenir les plateformes aideront les livreurs dans le même cas que lui.

© 2017 ISCPA Toulouse