C’est grave docteur ?

Un accident est si vite arrivé…

Pour gagner un maximum d’argent, les livreurs pédalent à toute vitesse pendant plusieurs heures. Ils sont souvent confrontés à des obstacles comme les défauts de la route, la foule dans la rue et les automobilistes. Ajoutés à cela la météo, la fatigue et les livraisons de nuit… tout est réuni pour rendre les trajets des livreurs dangereux.

Les accidents sont un problème récurrent chez les livreurs. La plupart du temps ce sont des chutes sans gravité et sans conséquence.

Walid

« On est très nombreux alors techniquement il y a des accidents tous les jours. Rien de bien grave, souvent de mauvaises chutes. »

Pablo

« À cause du froid j’ai glissé sur du verglas. J’ai eu des égratignures mais j’ai continué ma course quand même, j’ai besoin d’argent donc je serre les dents. »

Paul

« En une soirée j’évite au moins 30 accidents, entre les voitures et les piétons. En plus avec l’adrénaline on roule et on slalome comme si la route était à nous. C’est dangereux mais on n’a pas le choix. »

CERTAINS ONT MOINS DE CHANCE QUE D’AUTRES… 

Au fil de nos recherches, nous nous sommes dirigés vers un ex-livreur qui n’a pas eu de chance. Alors qu’il effectuait une course, il est entré en collision avec une voiture. Elle démarrait comme toutes les autres, pourtant cette livraison fut la dernière. L’accident d’une grande violence a poussé le jeune homme à arrêter la livraison à vélo, d’abord pour raisons médicales, puis par dégout pour ce milieu. La plateforme avec laquelle il travaillait ce soir-là n’est pas intervenue suite à l’accident, l’ex-livreur s’est donc retrouvé avec un vélo endommagé qui n’était plus en état de fonctionner, ainsi que des blessures qui ont nécessité une rééducation sur plusieurs mois.

Aujourd’hui il s’est reconverti, il est devenu propriétaire d’un commerce ambulant, qu’il conduit à travers Toulouse grâce à un vélo intégré. Vous l’aurez compris, le vélo est donc toujours au cœur de sa profession néanmoins il a troqué l’allure folle des livraisons pour une vitesse de croisière bien plus sécurisante. Fort heureusement pour lui, son accident n’a plus de conséquences sur sa vie actuelle.

*Nous avons contacté l’intéressé, il a refusé de répondre à nos questions. Cependant les témoignages que nous avons récoltés nous permettent de reconstituer les grandes lignes de son histoire. Nous ne citerons ni son prénom, ni le nom de son commerce, par respect pour sa vie privée.

UNE ASSURANCE DE AXA POUR DELIVEROO COUVRE LES LIVREURS À VÉLO

En réponse à toutes les polémiques et à la grogne des livreurs, l’entreprise anglaise Deliveroo a mis en place, en relation avec Axa, une assurance responsabilité civile gratuite. Depuis le mois de mars 2017, les livreurs qui souhaitent souscrire sont couverts à 100 % en cas de dommages sur un tiers (renversement de piétons, voiture rayée…).  Pour les 7 500 livreurs travaillant avec Deliveroo, c’est un premier pas vers de meilleures conditions de travail. Malgré cela, d’autres mouvements de protestation envers la plateforme ont eux lieu, notamment à Paris. Deliveroo a donc poursuivi sa politique de protection, en proposant depuis septembre 2017 une assurance complémentaire santé et prévoyance en cas d’accident durant le travail. À ce jour, aucun des livreurs que nous avons rencontré n’a souscrit à cette assurance, par manque de temps ou simplement parce qu’ils n’en ont pas envie.

Une couverture telle que celle-ci soulève un point intéressant : parfois, le danger vient des livreurs eux-mêmes…

« Quand on se balade on les voit passer, on est obligés de se décaler pour eux. C’est vraiment pénible, avant on était plus tranquille. »

Chloé (19 ans)

« La dernière fois l’un d’entre eux a bien failli foncer sur des passants, juste devant mes yeux. Je ne vous raconte pas la frayeur que j’ai eue. »

Mireille (74 ans)

© 2017 ISCPA Toulouse