L’opportunité, billet pour changer d’air

À 47 ans, Laurent Cassé a décidé de tout changer. Après plus de 10 ans d’ancienneté au sein d’une même société d’équipement de protection individuelle (EPI), il reprend la champignonnière de son oncle sur le départ à la retraite.

Comptable de formation, il rentre en 2004 dans la société Vallois, une petite structure dans la région, tenue par un père et son fils. Toutefois, très vite il se rend compte de la polyvalence dont il doit faire preuve et se retrouve à combiner comptabilité et vente. 1 an et demi après, cette société a été rachetée par une franchise, Protecthoms. Si pendant 10 ans la structure s’est étoffée avec la venue de nouveaux commerciaux, le patron décide de vendre aux franchiseurs, quitte l’entreprise, et Laurent devient le nouveau responsable commercial de cette agence.

Néanmoins, porter cette double casquette étant devenu trop lourde pour sa vie personnelle, à sa demande il redescend en hiérarchie pour se laisser respirer. Mais voilà qu’il n’arrive plus à trouver l’engouement d’aller travailler. Son oncle producteur de champignons arrivait à la retraite et cherchait un repreneur, voilà l’opportunité qui changea la vie de Laurent.

« Cela faisait 10 ans que je faisais ce métier. J’effectuais mon travail mais ce n’était plus comme au début où tu as un peu de niaque. Au bout d’un moment j’en avais marre. »

 

Laurent Cassé

Un changement express

2 mois, voilà ce qu’il aura fallu à Laurent pour passer d’un travail enfermé devenu monotone, à la liberté. Premièrement, en accord avec son patron et ami, il démissionne lorsqu’il décide de saisir l’opportunité de racheter la champignonnière familiale, Mister Champi. Les démarches se sont faites rapidement et son oncle aidant, lui fixe un prix abordable afin de faciliter l’achat et la reprise de la production. Il mettra désormais le même temps de trajet matinal, à la différence qu’il sera en plein air et son propre patron, maître de ses choix même si ce sont les champignons qui auront le dernier mot. Bien qu’il ait perdu son salaire raisonnable et qu’il ne se paye pas depuis 2 ans, Laurent possède un bien, une chose qui n’est pas négligeable pour lui dans l’avenir lorsqu’il sera temps d’être retraité. 

Un véritable passionné

Malgré le fait qu’il est passé le plus clair de son temps assis derrière un bureau enfermé, Laurent a toujours été quelqu’un proche de la nature. Régulièrement il s’adonnait à la cueillette sauvage de champignons dans les forêts. Une passion qui le suit depuis longtemps, puisque déjà étant jeune, il aidait son oncle dans la production. Laurent est une personne qui aime vivre avec la nature, être dehors, se dépenser régulièrement avec le vtt. Pour lui, les champignons, c’est une vraie passion. En plus d’aimer s’occuper de ses champignons de culture, il est également membre d’un club mycologique. Aujourd’hui, il continue d’aller aux champignons sylvestres et peut enfin travailler avec passion, lorsqu’il le décide, avec ses différentes variétés de champignons. 

Une affaire de famille

Ce nouveau projet de vie est très tourné vers sa famille. Déjà, il rachète la production familiale, puisqu’il trouvait ça dommage que son oncle ne trouve pas de repreneurs. Les champignonnières deviennent de plus en plus rares en France, délaissées par les grosses exploitations nationales. Avec ce rachat, Mister Champi reste dans la famille et Laurent peut toujours compter sur son oncle qui continue de l’épauler au travail. Si sa compagne était au départ légèrement inquiète de ce changement radical, elle décide finalement de le soutenir dans cette démarche. Bien que pour le moment le revenu ait  baisser au sein du foyer, Laurent sait que dans 4 à 5 ans, il aura retrouvé sa situation financière précédente, gagnera en qualité de vie et sera également le détenteur d’un bien. 

Oser sauter le pas

Si Laurent a eu la chance d’avoir une opportunité ce n’est pas forcément la même situation pour tous ceux qui désireraient changer de métier. L’aspect financier joue beaucoup. Nombreux sont ceux qui devront créer leur nouveau métier de toute pièce, y investir beaucoup de temps et d’argent. Pour lui, il faut tout de même bien étudier la chose, ne pas se lancer entièrement tête baissée, parce qu’abandonner son poste c’est bien mais faut-il encore être certain de pouvoir vivre, mais le maître-mot est oser. Si pour beaucoup, travailler est un moyen de s’assurer de quoi vivre, cette contrainte empêche d’être heureux et de bien travailler. Sauter le pas, un risque à prendre certes, mais également le seul moyen d’atteindre une nouvelle qualité de vie. 

« Parfois on gagne moins, mais on gagne en qualité de vie » 

Laurent Cassé

Eux aussi ont changé de vie 

Rejoignez Patrice

Rejoignez Arnaud

Infographie