Ne pas en parler

Lorsque l’on est victime d’harcèlement, deux choix s’offrent à nous. Nous pouvons décider d’en parler ou au contraire, garder ça pour nous. Le meilleur choix reste le premier. En effet, ne rien dire peut avoir de lourdes conséquences. 

Souvent, par peur de représailles ou par manque de force, ceux qui sont victimes d’harcèlement n’osent pas en parler. « Je n’ai jamais osé dire à mes parents que je me faisais harceler » affirme Jeremy. « Ils ne sont au courant de rien et je ne pense pas que je leur parlerai de cela un jour » reprend-il. 

De lourdes conséquences 

                                                                                                                                                                                                                                            Pour la victime, les conséquences de ne pas avoir parlé de leurs situations peuvent être violentes, voire mortelles. Très souvent, la première conséquence que l’on observe chez les victimes de harcèlement à l’école est “l’isolement”. “L’échec scolaire” touche aussi un grand nombre d’élèves. Cela est généralement causé par l’absentéisme et/ou le décrochage. Le harcèlement a aussi un impact négatif sur la santé. Les victimes peuvent souffrir de dépression, d’angoisse, de troubles du sommeil ou du métabolisme. Parfois, des troubles du comportement sont constatés. 

Sur le long terme, le harcèlement dont la victime souffre peut nuire à l’épanouissement personnel. Les victimes ont des difficultés à se sociabiliser et se construire un avenir. « Le truc qui me fait peur moi c’est d’avoir des enfants » confie Jeremy. « Je ne sais pas si je serais capable de m’occuper d’eux. Je ne sais pas non plus comment je pourrais réagir si jamais ils en venaient à être victimes d’harcèlement » termine-t-il. Certaines personnes harcelées peuvent être violentes envers elles-mêmes et envers les autres. Dans les cas les plus graves, des suicides sont constatés. Un enfant sur quatre a déjà pensé au suicide.

Rien n’est encore fini. A ce stade, vous pouvez encore faire machine arrière, et commencer à en parler à quelqu’un. Cela reste la meilleure solution face au harcèlement. Cliquez-ici.