« Calmez-vous, ça va bien se passer », les propos de Gérald Darmanin face à la journaliste Apolline de Malherbe

« Calmez-vous, ça va bien se passer », les propos de Gérald Darmanin face à la journaliste Apolline de Malherbe

Gérald Darmanin invité plateau

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, était interrogé ce matin par la journaliste Apolline de Malherbe sur le plateau de BFMTV. Alors questionné sur les chiffres de la délinquance, l’échange s’est échauffé après des remarques du ministres jugées condescendantes. Journalistes et personnalités politiques ont réagi.

« Je vous demande pardon ? » réagi Apolline de Malherbe face aux commentaires du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Alors que la journaliste l’interrogeait au sujet des chiffres de la délinquance, ce dernier a commencé sa réponse par : « Je pensais qu’on était sur CNews, mais en fait on est bien sur BFM », d’un ton ironique. Puis continu : « votre présentation elle est très rapide et un peu populiste ». Des propos qui ont fait réagir Apolline de Malherbe mais qui a à peine eu le temps de s’exprimer avant que le ministre la coupe : « Non mais ne vous vexez pas, calmez-vous, madame, ça va bien se passer. » Alors que la journaliste s’indigne « je vous demande pardon? », Gérald Darmanin répète « Ça va bien se passer, ça va bien se passer madame, vous allez voir. ».

Journalistes et personnalités politiques ont réagi à ces propos qui ont enflammé les réseaux sociaux. Sur Twitter, le #calmezvousmadame est vite monté en tendance. Au-delà d’être critiqué pour avoir tenu des propos jugés condescendants, le ministre est accusé de sexisme. « Est-ce qu’un homme politique oserait dire ça à un homme journaliste ? » écrit le reporter BFMTV, Cédric Faiche, sur Twitter. «  »Calmez vousmadame, ça va bien se passer… » Toute cette séquence est insupportable dans le ton et les propos. Soutien à Apolline », tweet la grande reporter au Figaro Sophie de Ravinel.

Côté politique, les deux candidats d’extrême droite à la présidentielle Marine Le Pen et Éric Zemmour ont réagi. Eux, ne se sont pas attardés sur la dimension sexiste de l’échange mais en ont profité pour taclé le quinquennat d’Emmanuel Macron. « Manifestement, Gérald Darmanin n’assume pas le lourd échec de sa politique et y répond par une agressivité déplacée. La réalité est pourtant terrible : la violence gangrène le pays et les Français en sont les victimes. » a posté la candidate sur son compte twitter. Éric Zemmour a lui écrit « Confronté au naufrage abyssal de la politique sécuritaire d’Emmanuel Macron, son ministre perd son sang-froid avec Apolline de Malherbe. Dans 60 jours, je ferai de la protection des Français une priorité absolue. »

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?