Hausse des péages : quels sont désormais les nouveaux tarifs en Occitanie ?

En moyenne, les tarifs du réseau ASF devraient augmenter de 2,16 % à compter du 1er février. ©Google Street View
En moyenne, les tarifs du réseau ASF devraient augmenter de 2,16 % à compter du 1er février. ©Google Street View

Les péages des réseaux autoroutiers augmenteront d’environ 2 % à compter du 1er février, après une augmentation de 0,44 % début 2021, selon des arrêtés publiés dimanche au Journal officiel. Les tarifs des Autoroutes du Sud de la France vont augmenter de 2,19 %.

Avis aux Toulousains : la note devant les barrières des péages d’autoroute devrait être plus salée à compter du 1er février 2022. La raison de cette augmentation est simple : comme chaque année, les tarifs des sociétés d’autoroute évoluent, pour mieux s’ajuster à l’inflation et à l’investissement. Conséquence : les prix vont augmenter en moyenne de 2 % sur le territoire national, contre 2,19 % sur le réseau ASF (Autoroutes du Sud de la France). Cependant, comme l’a assurée Vinci Autoroutes – qui gère le réseau ASF – à nos confrères de La Dépêche du Midi, les tarifs de certains péages devraient être gelés en Occitanie (sont concernées les portions entre Sète et Montpellier (via A9), Lunel et Montpellier (via A9), Villefranche de Lauragais et Toulouse (via A61), et St-Jory et Toulouse via l’A62).

  • A68

C’est la seule augmentation notable autour de Toulouse : le tarif du péage de Toulouse-Est augmente de 10 centimes, et s’élève désormais à 1,60 euro. C’est la plus forme augmentation sur le territoire.

  • A61

Au départ du péage de Toulouse sud, si vous venez du périphérique est (géré par Vinci Autoroutes), alors vous risquez de payer plus cher. Le trajet vers l’Ariège coûte 20 centimes plus cher par rapport à 2021 : 5,70 euro pour Toulouse/Pamiers en venant du périphérique ouest et 6,30 euros en venant du périphérique est.

Il faudra aussi payer 10 centimes de plus pour aller à Castelnaudary, ou encore 20 centimes de plus jusqu’à Bram.

  • A9

Pour les Toulousains qui souhaiteraient se rendre à Narbonne en bifurquant de l’A61 vers l’A9, le tarif prend 40 centimes supplémentaires (soit désormais 14,90 euros). Pour prolonger vers Béziers, comptez 50 centimes en plus (soit 17,40 euros), et enfin 30 centimes pour Agde-Pézenas (soit 19,70 euros).

Du côté de Montpellier, les dents risquent de grincer, puisque pour rejoindre la barrière de péage de Saint-Jean-de-Védas (Hérault) depuis la Ville rose, il faudra 80 centimes de plus par trajet ! Soit désormais 24,60 ou 25,10 euros pour faire Toulouse-Montpellier, selon le point de départ dans la Ville rose.

  • A64

Les tarifs de l’A64, qui relie Toulouse à Bayonne via Tarbes et Pau, restent stables à proximité de Toulouse. Ainsi, le prix du péage de Muret reste le même : 1,80 euro. C’est depuis Lestelle que les tarifs augmentent : jusqu’à Montréjeau (Haute-Garonne), l’addition passe à 3,90 euros. Pour aller jusqu’à Tarbes (Hautes-Pyrénées), comptez 30 centimes supplémentaires, et pour rejoindre Pau (Pyrénées-Atlantiques), 20 centimes supplémentaires vous seront crédités. C’est pour se rendre sur la côte Basque que les choses se corsent : les tarifs augmentent de 60 centimes vers cette direction, et s’élèvent désormais à 20 euros contre 19,40 euros l’année dernière.

  • A66

De nombreux Toulousains devraient déchanter : pour rejoindre le Pas de la Case et ses supermarchés détaxés, la facture passe de 5,70 à 6,30 euros jusqu’à Pamiers. Soit 20 centimes de plus par rapport à 2021.

  • A62

Pour relier Montauban à Toulouse, il faudra débourser 10 centimes supplémentaires : 3 euros en direction du périphérique ouest et 3,70 euros en direction du périphérique est. En direction d’Agen, les tarifs augmentent aussi : le trajet coûtera 40 centimes de plus, et s’élèvera à 10,60 euros en passant par le périphérique ouest contre 11,30 euros en passant par l’est. Enfin, le trajet Toulouse/Bordeaux subit aussi une légère hausse de 10 centimes

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?