Travaux ligne C : nouveau métro, nouveaux locaux

Gauche : ancienne maison de la peinture et future station Ponts-Jumeaux. Droite : nouvelle maison de la peinture. ©Emeline Lagarde
Gauche : ancienne maison de la peinture et future station Ponts-Jumeaux. Droite : nouvelle maison de la peinture. ©Emeline Lagarde

Le tracé de la 3e ligne prévoit de faire passer le métro de Colomiers à Labège en passant par Blagnac, Marengo ou encore Saint-Agne. Seulement plusieurs grands bâtiments vont devoir être détruits pour dégager le chemin.

Ce sera le cas du centre commercial de Vignemale à Colomiers, d’une partie du parking du siège social d’Airbus et également de la maison de la peinture. Figure emblématique à Toulouse, boulevard de Suisse. La maison est implantée depuis les années 80. Elle a été relogée à seulement 300 mètres de là, mais l’ancien local de 3500m² sera rasé au premier trimestre 2022. En dessous sur une surface de 7000m² se trouvera la future station ponts-Jumeaux de la 3e ligne.

Quant au centre commercial Vignemale de Colomiers, il sera également rasé. Mais sa destruction fait partie de deux chantiers : la 3e ligne et le réaménagement de son futur terminus et Gare SNCF – Colomiers. Le parvis commercial sera alors remodelé autour de la station terminus pour en faire une plaque tournante du transport urbain et un espace convivial. Pour le parking d’Airbus, il laissera place à une station souterraine aussi. La deuxième en partant de Colomiers, la station Airbus Saint-Martin.

Des travaux longs et coûteux

La déconstruction des bâtiments devrait être achevée fin 2022. Les travaux de génie civil commenceront alors en 2023 et la reconstruction sera lancée.  Le montant de toute l’opération devrait coûter 2,62 milliards d’euros selon les évaluations. De plus, les 3 enseignes citées plus haut ne sont pas les seules concernées. De plus petits immeubles vont aussi subir un désamiantage suivi de leur déconstruction tout au long du tracé.

Originellement prévus pour 2024, les travaux devraient prendre fin en 2028. Pour l’instant, il s’agit de désamianter et déconstruire les bâtiments. Crise sanitaire oblige, le chantier a pris du retard. Mais Tisséo réalise en ce moment-même une enquête publique environnementale concernant ces transformations. Celle-ci permettra de mieux déterminer l’impact environnementale de ces travaux. À terme, c’est une ligne de 27 kilomètres et 21 stations qui reliera Colomiers à Labège.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?