Un nouveau plan climat pour Toulouse métropole

canal du midi

Une nouvelle version du Plan Climat Air Énergie Territorial (PCEAT) a été annoncée par Jean-Luc Moudenc le jeudi 20 janvier. Un grand pas vers la transformation écologique du territoire.

Le Plan Climat est un document qui est censé permettre l’application locale des Accords de Paris visant à maintenir le réchauffement climatique à +1,5°. L’objectif est donc de doper le PCEAT pour obtenir de meilleurs résultats à partir de l’automne prochain. Notamment en terme de consommation énergétique. Une série de mesures a été présentée pour accélérer immédiatement l’action environnementale.

Les nouvelles mesures 

Au niveau de la mobilité, J-L Moudenc prévoit un doublement du budget alloué à la prime vélo. La mise en place d’un plan d’action afin de faciliter, les déplacements propres et les livraisons propres. Doubler le nombre de conseillers en rénovation énergétique de la métropole. Travailler sur la rénovation énergétique des bâtiments d’entreprises. La métropole et la mairie de Toulouse ne construiront plus un bâtiment neuf sans y intégrer l’énergie photovoltaïque. L’objectif est de donner l’exemple dans l’exploitation du photovoltaïque. Au programme également : généraliser la commande publique verte. Réunir, une fois par an, un panel d’experts locaux et nationaux pour « faire le point » et débattre de l’action environnementale de Toulouse Métropole. Et enfin mettre en place un dispositif de formation interne sur les enjeux écologiques. « Je souhaite que la transition écologique devienne un réflexe pour tous les services de la collectivité, pas seulement pour le service environnement. Ce sera destiné à tous les agents et proposé aux élus » a précisé le maire de Toulouse lors de la conférence.

Une initiative insuffisante ?

Selon Groupe élu·e·s écologistes de Toulouse & Métropole : « Jean-Luc Moudenc n’a fait que quelques annonces très limitées et donne rendez-vous à l’automne pour un nouveau plan d’actions, que de temps perdu. Pourtant, les rapports du GIEC démontrent l’urgence à agir et la nécessité même de relever le niveau des objectifs. » Pour ce groupe, les choix politiques qui sont faits à Toulouse sont trop insuffisants pour respecter les Accords de Paris. Même déception pour le Groupes AMC qui se demande comment va bien pouvoir être financé de telles mesures. Pour ce faire, le président de Toulouse Métropole annonce qu’il compte s’appuyer autant que possible sur les budgets déjà votés. 

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?