Téléo, le téléphérique toulousain ©Maëva Curutchet
Téléo, le téléphérique toulousain ©Maëva Curutchet

Depuis l’initiation du projet en 2016, le Téléphérique Urbain Sud est dans sa dernière ligne droite d’essais et de contrôles. Objectif de cette intention : relier en 10 minutes l’Oncopole à l’université Paul-Sabatier en passant par le CHU de Rangueil.

Un réseau de trois kilomètres de long, une première en France en milieu urbain. Le téléphérique toulousain, de son nom Téléo, s’inscrit dans le projet Mobilités 2020-2025-2030, et sa mise en service est prévue pour le deuxième trimestre 2022.

Démarrage prévu en avril

Téléo est entré en fin de semaine dernière dans son ultime ligne droite. Les phases d’essais et de contrôles sont en cours, et les travaux se terminent. « D’ici mars ou avril 2022, le téléphérique pourrait commencer à accueillir des voyageurs, quand les conditions climatiques seront plus favorable qu’à l’heure actuelle », déclare Gilles, agent technique Engie. S’inscrivant dans un projet écologique, il garantit un mode de transport respectueux de l’environnement et sûr. Téléo vise à répondre aux défis des mobilités quotidiennes face à l’attractivité du territoire dans une démarche environnementale. La semaine dernière, le téléphérique a poursuivi sa phase d’essais, avec la réalisation de trajets en situation réelle. « Les phases d’essais devraient reprendre dans deux semaines tout au plus », poursuit-il.

Faciliter les déplacements et protéger la faune

Téléo n’attend pas moins de 8 000 voyageurs par jour, avec une cabine toutes les minutes trente en pleine heure de pointe, pour desservir plusieurs pôles d’attraction majeurs : l’Université Paul-Sabatier (30 000 étudiants), l’hôpital Rangueil (200 000 consultations chaque année), ou encore la zone de l’Oncopole (10 000 emplois) où une aire de stationnement est prévue pour accueillir 500 personnes (accessible avec un abonnement Tisséo classique, sans supplément).

Cette initiative porte la promesse d’une ville moins polluante et plus écologique. « Nous avons réellement souhaité proposer un nouveau moyen de transport respectueux de l’environnement, tout en l’inscrivant parfaitement dans le décor, pour éviter de causer un désarroi visuel pour les habitants », explique Bastien, chef de projet chez Tisséo.

Des écologues toulousains ont été régulièrement consultés durant la conception de Téléo, afin de favoriser la préservation de la faune et la flore. Un grand nombre de dispositifs ont été mis en œuvre : des câbles de gros diamètre déployés au-dessus de la réserve naturelle régionale, des fanions de disques colorés, perceptibles par les 70 espèces d’oiseaux en migration, ou encore des câbles définitifs rouge et blanc. En partenariat avec la régie agricole de la ville de Toulouse, Tisséo participe à son programme de transition agroécologique : la zone verte autour de Pech David va bénéficier de cet effort paysager et écologique avec la plantation de 1 600 plants forestiers, visant un boisement de 600 arbres environ à terme, et de haies champêtres sur les parcelles agricoles de Pouvourville.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?