"La Poésie c'est le pied", tous les soirs de la semaine à La Cave Poésie (@Hugo Martin)

Toute cette semaine, la Cave Poésie accueille le festival “La Poésie, c’est le pied”. Un événement qui met en scène des poètes contemporains dont la programmation a été confiée à Claire Rengade. 

La poésie contemporaine prend son pied. À travers des rencontres, des lectures, des concerts, des performances, c’est un portrait vivant de la poésie que l’on découvre tous les soirs de la semaine à la Cave Poésie. Cette cinquième édition s’étire sur 6 soirs et n’est dédiée qu’à la poésie d’aujourd’hui. 

Une programmation éclectique

Pour cet événement, Yann Valade a choisi de confier la programmation à Claire Rengade. Une artiste qu’il accueille en résidence à partir de cette semaine. “C’est une chance inouïe. La Cave Po’ ça représente beaucoup pour une fan de poésie comme moi” raconte Claire. La rencontre entre elle et le directeur de l’établissement a eu lieu il y a 2 ans, au cours du Magdalena Project à Montpellier. “J’ai trouvé son travail intéressant. A la fin de sa performance, je suis allée la voir et lui ai tout de suite proposée de venir à Toulouse” explique Yann Valade.

Cette semaine, c’est l’opportunité pour Claire de collaborer avec des artistes au registre éclectique. “Je me suis entourée de personnes avec qui je n’avais jamais travaillé. Ils travaillent des thèmes différents des miens, comme la question de l’intime, du délicat” détaille l’artiste lyonnaise. Elle a réuni autour d’elle des amoureux des mots comme Marie Huot, Patrick Dubost, Perrine Le Querrec, Laurence Vielle, Nicolas Vargas ou encore Heptanes Fraxion. “J’ai souhaité mettre à l’honneur des auteurs qui travaillent la littérature vivante. Aussi des poètes que j’ai lus, qui m’ont émus”.

Dépoussiérer la poésie

Ce soir, Claire Rengade performe en première partie. “A guichets fermés”, s’amuse Yann Valade. En effet, les 50 places sont déjà réservées. La poète sera entourée de Boris Cassone et Emmanuel Scarpa, bassiste et batteur. Avant de laisser la scène à Charles Pennequin, un des plus grands poètes contemporains français. “C’est une fierté et une grande joie de pouvoir offrir cela au public toulousain” s’enthousiasme Yann Valade avant d’ajouter “Il est déjà passé par la Cave, il connaît les lieux”. 

Cette semaine, c’est aussi l’occasion de dépoussiérer la poésie. “Le but, c’est de sortir la poésie du livre, la réhabiliter dans l’espace public. C’est un art qui n’est plus lu, alors nous on veut donner à l’entendre” explique Yann Valade. “Car un monde sans poésie n’a pas d’avenir”. 

Hugo MARTIN

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?