La sonde « Hope » des Émirats va se poser sur Mars aujourd’hui

La sonde « Hope » des Émirats va se poser sur Mars aujourd’hui

La sonde doit rester en orbite durant presque deux ans. Crédit : Aynur Zakirov via Pixabay
La sonde doit rester en orbite durant presque deux ans. Crédit : Aynur Zakirov via Pixabay

La sonde de la première mission interplanétaire arabe doit entrer, ce mardi, en orbite autour de Mars. Le début pour les Émirats d’un long parcours afin de voir, peut-être un jour, l’humanité coloniser la planète rouge. 

De part son nom, « Hope » est porteuse d’espoir. Mais pas que. La sonde des Emirats Arabes Unis, qui s’approche peu à peu de Mars, devrait permettre d’étudier l’atmosphère de la planète rouge.

Tout a débuté il y a sept mois, en juillet, sur le centre spatial de Tanegashima, au sud-ouest du Japon. 

Et c’est aujourd’hui que commence la partie la plus critique du voyage interplanétaire. Ce mardi, la sonde « Al-Amal » (« Hope » en anglais) doit entrer en orbite autour de Mars. Une sonde de presque 1 400 kg qui aura parcouru près de 500 millions de km afin d’atteindre la planète rouge. Alors du coté du Moyen Orient, on s’impatiente. D’autant plus que la mission de 687 jours, un peu moins de deux années, devrait permettre de fournir une première compréhension complète de l’atmosphère martienne. Et ce grâce à trois instruments accrochés à la sonde. 

Mesures de données essentielles

D’abord, un spectromètre infrarouge servira à mesurer la basse atmosphère et analysera la structure de la température. Ensuite, un imageur haute résolution fournira des informations sur les niveaux d’ozone. Troisième instrument, et pas des moindres, le spectromètre ultraviolet. Il devrait permettre de mesurer les niveaux d’oxygène et d’hydrogène, données essentielles.

Les Émirats disposent déjà de neuf satellites en état de marche en orbite et prévoient d’en lancer huit supplémentaires au cours des prochaines années.

Rappelons l’objectif principal de ce pays : mettre en place une colonie humaine sur Mars d’ici 2117 et monter une « cité scientifique » dans le désert en périphérie de Dubaï, afin de simuler les conditions martiennes et de développer la technologie nécessaire pour coloniser la planète. C’est donc pleins d’espoir que les Emirats vont suivre avec attention, ce mardi, se poser une pierre supplémentaire à leur édifice, de taille.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?