Les Gazelles du Petit Routard à la conquête du 4L Trophy

Les Gazelles du Petit Routard à la conquête du 4L Trophy

Laurine et Morgane s'élanceront pour le 4L trophy en avril prochain. Un défi humanitaire. Crédit : Les Gazelles du Petit Routard
Laurine et Morgane s'élanceront pour le 4L trophy en avril prochain. Un défi humanitaire. Crédit : Les Gazelles du Petit Routard

Chaque année, des milliers de personnes de moins de 28 ans partent pour un raid automobile solidaire avec une voiture légendaire, la 4L. En 2021, un duo épatant partira de Biarritz en direction de Marrakech, l’équipage 1083. Entre indiscrétions, explications et découvertes, Morgane Bonnery et Laurine Martin ont répondu à nos questions. 

Connu dans le monde entier et reconnu comme une œuvre humanitaire des plus originales, le 4L trophy a dû s’adapter cette année. Avec la crise sanitaire, le départ a déjà été décalé une première fois. Mais toutes ces péripéties n’ont pas changé la détermination et la motivation de Morgane et Laurine, à partir dans cette aventure. Ensemble, les deux jeunes femmes de 20 ans ont créé “Les Gazelles du Petit Routard”

L’histoire d’un duo et d’une 4L de 31 ans 

Laurine et Morgane ont toutes les deux 20 ans et partagent les mêmes études en école de commerce, à l’ICD Toulouse. La première vient de La Réunion, avant de rejoindre la ville rose pour les études et pour découvrir le continent. La deuxième vient du cœur du Tarn. Elle a également quitté son village, le Bout du pont de l’Arn pour faire ses études à Toulouse.

Morgane et Laurine se connaissent depuis plusieurs années et notamment, depuis un voyage d’étude en Irlande. Comme l’explique Laurine, la relation entre les deux jeunes femmes est particulière, «Avec Morgane, on s’est découvertes lors de notre voyage en Irlande. On a tissé des liens à des moments assez importants de nos vies. On a commencé à parler de ce projet ensemble et on s’est rendu compte qu’on était compatibles et avec les mêmes envies. La confiance a été déterminante aussi pour vraiment se lancer dans l’aventure». Avec émotion, mais aussi un large sourire, Morgane ajoute, «J’ai le rêve de faire le 4L trophy depuis le lycée parce que j’ai vu des gens partir. J’ai jamais trouvé de copilote pour m’accompagner et partager de tels moments. Avec Laurine, on est pas du tout pareils, mais ce qui marche c’est qu’on se complète toutes les deux. C’est la personne idéale avec qui je peux faire ce projet».

Les valeurs du 4L trophy sont nombreuses et l’esprit d’une telle aventure a complètement convaincu Morgane, «Avec le retour d’expériences que nous avons eu, on a été convaincues de le faire. Durant ce projet, tu retrouves un esprit d’équipe et une solidarité, que tu n’as plus dans nos sociétés. Il n’y a pas d’individualisme, tu pars avec plusieurs personnes, plusieurs équipes. Et cette entraide, nous a donné envie et nous a amené toute cette motivation à partir à l’aventure».

Laurine prône elle le fait de le vivre au moins une fois dans sa vie, «Après un retour d’expérience d’une amie à moi, j’en ai discuté avec Morgane. On a posé le pour et le contre avec le budget, le temps de préparation. Et puis, on s’est lancés, on s’est dit ”One Life” on est prêtes alors faut y aller».

Mais en plus du duo de jeunes femmes, dans l’histoire, il y a une voiture légendaire. La 4L dans laquelle vont embarquer Morgane et Laurine à … 31 ans, rien que ça. De son surnom “Titine”, elle devait être prévue pour le départ sur un trophy il y a quelques années mais, ces personnes ont abandonné le projet.

Désormais achetée par les “Gazelles du petit routard”, cette voiture se trouve en ce moment en cours de préparation entre les mains du papa de Morgane, «Toute la mécanique est à refaire, tout comme, l’électricité et le renfort de la voiture pour les 6 000 kilomètres de l’aventure.»

La 4L qui accompagnera Morgane et Laurine, de Biarritz à Marrakech. Crédit : Les Gazelles du Petit Routard

Forcément, pour le projet, deux rôles sont déterminants. Mais la signification d’une pilote et d’une copilote n’est qu’anecdotique. Simplement, officiellement Morgane prendra la place de la pilote. Mais les aventurières prendront place devant le volant durant le trajet. 

L’édition 2021 en suspens à cause du covid 

Le covid a totalement changé le paysage du monde et le quotidien de tous ses habitants depuis bientôt 1 an. Et le 4L trophy n’a pas été l’exception. Le départ a été décalé une première fois cette année. Prévu de base en février, les nouvelles dates du 4L Trophy sont désormais du 26 avril au 6 mai 2021. La date n’est pas définitive, en revanche, si le départ ne peut pas être donné en avril, l’édition 2021 sera annulée. Mais Les Gazelles du Petit Routard sont déjà claires sur l’objectif de «Partir coûte que coûte, même en 2022 s’il le faut».

Ce changement de date a posé un problème à l’organisation de cet événement. La majorité des participants sont des étudiants et en fin d’année, pour la plupart, il sera l’heure des examens. Une fois de plus l’adaptation a été de mise, comme l’explique Laurine, «Cette année, l’organisation a fait en sorte de choisir des dates pour que les examens des écoles de commerce soient terminés. Par exemple, nous allons partir avec Morgane, le lendemain de la fin de nos partiels».

Un budget à part entière

Le 4L trophy, c’est avant tout un budget pour chacun des équipages sur la ligne de départ. Pour participer à une telle aventure, le budget est d’environ 10 000€, avec les frais d’inscriptions, les coûts de la voiture, les ressources pour l’aventure et tout le matériel obligatoire et nécessaire.

Pour obtenir un tel financement, Morgane et Laurine ont l’idée de créer une association, «Avec ce projet, on a créé une association “Les gazelles du petit routard”. Ce qui facilite aussi notre crédibilité auprès des entreprises que nous démarchons pour être sponsorisées et avoir des fonds en plus».

Environ une quinzaine d’entreprises ont d’ores et déjà sponsorisé le projet des deux jeunes femmes. Elles achètent un encart publicitaire sur la voiture et en même temps, ils font une œuvre humanitaire. Pourtant, Morgane nous parle en toute transparence, «Avec le covid, c’est très difficile de trouver des sponsors. En échange, on leur offre de la visibilité, que ce soit sur nos réseaux sociaux, nos supports de presse mais aussi et surtout, ils peuvent être présents sur la voiture».

Étant toutes les deux en école de commerce, le fait de démarcher des entreprises rentre dans le cadre de leur formation, «En tant qu’étudiante en commerce, c’est un bon exercice pour nous et dans le cadre de notre formation. Il faut qu’on démarche des entreprises».

Les Gazelles du petit routard n’ont pas encore bouclé le final qu’elles ont en tête pour se permettre de partir, mais l’inquiétude ne semble pas être dans les esprits, «On aimerait récolter encore des fonds, sachant qu’il y a quand même 3 000 euros de frais d’inscriptions. Certains ont bouclé leur budget dans la semaine avant de partir, donc nous ne sommes pas encore inquiètes». 

L’organisation du 4L trophy demande aussi du matériel obligatoire pour chaque équipage : extincteurs 2 kg, roues de secours, jerrycans de 20L, dangles de remorquage, fusées de détresse et plaques de désensablement.

Pour aider le duo, il y a plusieurs opérations. Dans un premier temps, il est possible de partager à l’œuvre humanitaire de cette aventure, en donnant des fournitures scolaires.

Grâce à un partenariat avec une école, le passage de la fameuse 4L des gazelles du petit routard, donne lieu à des dons de la part des enfants. Ensuite, une cagnotte Leetchi a été créée par Laurine et Morgane. Une cagnotte permettant de les aider financièrement à aller au bout du projet, mais aussi pour leur permettre de ne pas avoir de difficultés tout au long du périple. 

L’histoire du 4L trophy

Le 4L Trophy, un raid étudiant hors du commun, alliant aide humanitaire, sportivité et solidarité à bord de la légendaire 4L, existe depuis 1997. Le 4L Trophy, c’est avant tout un défi à relever pour tous les étudiants européens de moins de 28 ans qui s’engagent dans ce périple. Ce n’est pas une course de vitesse, mais une course d’orientation. 

Le départ est donné à Biarritz, les deux premiers jours sont destinés aux contrôles techniques et aux vérifications de la voiture. Ensuite, il y a la traversée de toute l’Espagne jusqu’au détroit de Gibraltar. Après un petit passage en bateau, il y a les étapes marocaines. Du Nord au Sud, pour arriver à Marrakech. Au total, 6 000 kilomètres de trajet en seulement 10 jours.

Mais ce qui constitue le cœur de cette aventure, c’est avant tout le défi humanitaire qu’elle représente. À la suite d’un voyage sur les terres marocaines, Laetitia et Emmanuel Chevallier ont décidé de s’engager pour une cause qui porte un sens : l’accès à l’éducation des enfants du sud marocain.

Ils ont alors créé en 2005 l’association « les enfants du désert ». Cette association a mis en place un partenariat avec le 4L Trophy afin de permettre, chaque année, à plus de 20 000 enfants d’avoir un accès à l’éducation. C’est pourquoi, l’organisation demande à chaque équipage de récolter du matériel scolaire et sportif, et de participer aux différents projets de l’association en faisant un don. 

L’accès à l’éducation est la mission principale de l’association. Cependant, conscients des corrélations entre la santé, les conditions de vie et l’accès à l’école, ils ont élargi les champs d’actions afin d’opter pour une démarche globale en faveur des enfants.

En 2018, “Les enfants du désert” a décidé d’aller plus loin dans la solidarité en apportant du soutien aux femmes du désert dans le besoin. L’association est impliquée dans le tissu local économique pour tous ces projets : de la distribution de matériel, aux constructions d’écoles en passant par l’équipement des hôpitaux et le fonctionnement du système de parrainage.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?