Le recours aux tirs non létaux sur les ours des Pyrénées est annulé par le Conseil d’Etat

Le recours aux tirs non létaux sur les ours des Pyrénées est annulé par le Conseil d’Etat

Depuis 2019, les balles en caoutchouc étaient autorisées pour éloigner les ours des troupeaux. Crédit : Axel Blanchard.
Depuis 2019, les balles en caoutchouc étaient autorisées pour éloigner les ours des troupeaux. Crédit : Axel Blanchard.

Le Conseil d’Etat a décidé ce vendredi 5 février de supprimer le recours aux tirs non létaux pour intimider les ours bruns dans les Pyrénées. Selon l’organisme, cette méthode pourrait porter atteinte à la survie de l’espèce.

L’arrêté du 27 juin 2019 permettait aux éleveurs d’effaroucher les ours bruns à l’aide d’outils sonores, lumineux et de balles en caoutchouc. Cette dernière méthode a finalement été annulée par le Conseil d’Etat, qui estime qu’elle peut être un danger pour la survie de l’espèce.

D’après l’organisme, les autres mesures « ne sont pas de nature à porter atteinte au maintien des populations d’ours ou à compromettre l’amélioration de l’état de conservation de l’espèce ». Toutefois, le recours au tir non létal « sans encadrer davantage ses conditions de mise en œuvre […] ne permet pas de s’assurer » que la méthode ne porte pas atteinte « au maintien des populations concernées dans leur aire de répartition naturelle et ne compromet pas l’amélioration de l’état de l’espèce ».

Trois ours tués en 2020

Les ours bruns sont une espèce en voie de disparition dans les Pyrénées. En 2020, trois ours ont été tués. Il faut dire que la présence de l’animal ne fait pas le bonheur des éleveurs, notamment les propriétaires de brebis. En 2019, 1173 bêtes ont été tués par des ours et 36 ruches ont été détruites. En 2020, le bilan de la préfecture d’Occitanie dévoile « une baisse du nombre des victimes de prédation ».

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?