Disparue du Tarn. Un bug serait à l’origine du mystérieux post Facebook

Disparue du Tarn. Un bug serait à l’origine du mystérieux post Facebook

Cédric (son mari) et Delphine. Crédit photo : Profil Facebook de la disparue.
Cédric (son mari) et Delphine. Crédit photo : Profil Facebook de la disparue.

Un mois après la disparition de Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans à Cagnac-les-Mines (Tarn), les indices s’amenuisent. Vendredi, BFMTV rapportait que le compte de Delphine avait publié un mystérieux message sur un groupe Facebook. En quelques minutes, l’information fait le tour des médias. Il s’agirait finalement d’un simple bug informatique.

MAJ 15h00 : Des plongeurs de la gendarmerie nationale auraient repris les recherches du corps de Delphine Jubillar dans le fleuve du Tarn cet après-midi selon La Dépêche. Un hélicoptère de la gendarmerie aurait été aperçu à plusieurs reprises quelques minutes plus tôt.

Dans cette affaire toujours plus mystérieuse, les faux espoirs s’enchaînent. Mercredi, un message (vide) a été posté sur le groupe « Citoyens en colère 81 » par le compte de Delphine avant de disparaître quelques minutes plus tard. D’après sa famille, personne ne détient le mot de passe du compte. Considéré comme une piste sérieuse pendant quelques heures par les enquêteurs et la famille de la disparue, le post ne serait finalement qu’un simple bug. Selon l’avocat d’une cousine et de trois amis proches de la disparue interrogé par France 3, « on ne peut pas poster de message « vide » sur ce réseau social. Il faut au moins un caractère pour permettre une publication […] Il y a eu une défaillance technique ». Suite au post, de nombreux internautes avaient pourtant cherché à comprendre l’origine du bug, et y ont vu un signe d’espoir de retrouver l’infirmière en vie.

Les internautes suspectent le mari

Pourtant, une connexion au compte Facebook de la victime aurait bien été observée par la cousine de Delphine, en plus du message. Alors s’agit-il d’un piratage ou d’une mauvaise manipulation de son éventuel ravisseur ? Le doute subsiste auprès du grand public, qui soupçonne le mari d’être impliqué (il reçoit d’ailleurs des menaces de mort). Pourtant, aucune charge n’a pour l’instant été retenue contre lui.

Pour rappel, Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour « arrestation, enlèvement, détention ou séquestration arbitraire ». Elle aurait quitté le domicile familial sans prévenir ses enfants et son mari. Le procureur de Toulouse précise que « rien » n’indique que la disparition de la jeune femme « ait pu être volontaire ». À ce jour, toutes les pistes restent donc ouvertes.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?