#MeetooInceste, la parole se libère sur les réseaux sociaux

#MeetooInceste, la parole se libère sur les réseaux sociaux

Olivier Duhamel est accusé par Camille Kouchner Crédit : CC BY-SA 4.0, Cdeniaud
Olivier Duhamel est accusé par Camille Kouchner Crédit : CC BY-SA 4.0, Cdeniaud

Ce samedi, trois ans après le mouvement #Metoo, un nouveau mouvement vient d’arriver. Le #MetooInceste rassemble sur Twitter des centaines de témoignages de victimes de viols incestueux.

Toutes racontent un traumatisme d’enfance qui, des années après, les hantent encore. Qu’il s’agisse d’un père, d’un oncle, d’un cousin… L’horreur qu’elles ont subies par ces adultes alors qu’elles étaient encore qu’enfants a laissé chez ces victimes des souvenirs qu’elles n’oublieront jamais.

Et souvent la famille, mue par le caractère tabou du sujet, ne vient pas en aide aux victimes, et défendent au contraire l’agresseur. Un second coup de massue pour ces personnes brisées.

Des personnalités publiques ont apporté leur soutien à toutes ces personnes qui témoignent avec le #Meetooincest

Camille Kouchner brise le silence

Le 7 janvier dernier, Camille Kouchner a sorti son livre « La familia grande ». Dans ce dernier, elle dévoile les viols incestueux qu’aurait subi son frère jumeau par son beau-père Olivier Duhamel ; un éminent politologue qui a démissionné de l’ensemble de ses fonctions dont celle de président de la Fondation nationale des sciences politiques. Une enquête judiciaire a été déclenchée pour viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans.

En France, selon une étude Ipsos de 2020, 1 personne sur 10 a été victime d’inceste. Ce chiffre est en forte hausse ces dernières années. En 2009, ce chiffre s’élevait à seulement 3%, preuve que petit à petit les consciences évoluent et que la parole se libère.

Une parole d’autant plus libérée depuis la sortie du livre de Camille Kouchner. Selon Europe 1, les signalements d’inceste ont très fortement augmentés. Les conséquences sont notables dans les milieux aisés selon la directrice de SOS inceste, interviewée par Europe 1.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?