Le gouvernement français a promis 20 millions d’euros supplémentaires pour subventionner la réparation ou la mise au point des vélos, prolongeant ainsi un programme populaire visant à soulager la foule dans les transports publics pendant l’épidémie de coronavirus.

La subvention de 50 euros sera désormais disponible jusqu’à la fin de l’année, ont annoncé lundi la ministre de l’environnement, Barbara Pompili, et le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, lors d’une visite dans un magasin de vélos parisien.

Comment cela va marcher ?

Avant de faire réparer votre vélo, vous devez vous rendre sur le site coupdepoucevelo.fr et indiquer que vous êtes un « particulier » et que vous « voulez faire réparer votre vélo ».

Après avoir cliqué sur les deux, vous devrez choisir l’endroit où vous voulez emmener votre vélo pour le faire réparer à l’aide de la carte interactive qui répertorie tous les magasins certifiés offrant ce service.

Comment obtenir les 50 euros ?

Lors de la prise de rendez-vous, vous devrez indiquer vos nom, prénom, date de naissance et numéro de téléphone. Après votre inscription, vous recevrez un SMS de confirmation de votre rendez-vous.

La prime de 50 euros sera automatiquement retirée de votre facture lors du paiement et apparaîtra sur votre reçu. N’oubliez pas de vous munir de votre téléphone et de votre carte d’identité comme preuve. Vous ne pouvez utiliser le bonus qu’une seule fois.

Pourquoi donneraient-ils 50 euros pour réparer votre vélo ?

Les autorités françaises s’efforcent de rendre Paris et d’autres villes plus respectueuses du vélo et incitent davantage de personnes à choisir la bicyclette plutôt que d’autres moyens de transport plus polluants.
Les autorités de la capitale et d’autres villes françaises ont transformé des centaines de voies de circulation en pistes cyclables protégées « coronapistes », encourageant ainsi le boom du vélo observé depuis la levée de l’interdiction de circuler en mai

Jusqu’à présent, environ 620 000 personnes ont bénéficié de la subvention de réparation, mais les magasins sont toujours submergés par la demande et certains à Paris ne proposent pas de rendez-vous avant novembre.