La surfeuse brésilienne Maya Gabeira a battu son propre record du monde de la plus grande vague sur laquelle une femme a surfé.

La jeune femme de 33 ans a surfé une vague de 22.4 mètres à Praia do Norte, au Portugal, le 11 février, battant son précédent record de 1,5 mètre. Elle est entrée dans l’histoire en 2018 après avoir surfé une vague de 68 pieds de haut dans les mêmes eaux.
« Je n’aurais jamais pensé que cela puisse arriver, mais cela me semble encore surréaliste », a déclaré Gabeira dans un post d’Instagram pour souligner son exploit. « Avoir une femme à ce poste dans un sport dominé par les hommes est un rêve devenu réalité ! »

« J’aime toujours autant ce sport, même après tant de moments difficiles et de blessures et traumatismes graves », a-t-elle déclaré sur le Guinness des records.
Gabeira a également été déclarée par la World Surf League comme lauréate du prix cbdMD XXL Biggest Wave Award.
« J’attends toujours avec impatience les mises à jour de ce record de la World Surf League, car les surfeurs ne manquent jamais de nous impressionner par leur conquête sans peur de ces incroyables vagues de la taille d’un gratte-ciel », a déclaré Craig Glenday, rédacteur en chef du Guinness World Records, dans une déclaration. « Les images de cette année sont plus émouvantes que jamais, alors félicitations à Maya pour ce résultat épique ».

« J’aime toujours autant ce sport, même après tant de moments difficiles et de blessures et traumatismes graves », a-t-elle déclaré sur le Guinness des records.
Gabeira a également été déclarée par la World Surf League comme lauréate du prix cbdMD XXL Biggest Wave Award.
« J’attends toujours avec impatience les mises à jour de ce record de la World Surf League, car les surfeurs ne manquent jamais de nous impressionner par leur conquête sans peur de ces incroyables vagues de la taille d’un gratte-ciel », a déclaré Craig Glenday, rédacteur en chef du Guinness World Records, dans une déclaration. « Les images de cette année sont plus émouvantes que jamais, alors félicitations à Maya pour ce résultat épique ».