Depuis quelques années, le quartier de Montaudran, au sud de Toulouse, connaît un changement radical. Entre construction et réaménagement, la Mairie de Toulouse mise sur ce quartier de l’innovation.

« Nous sommes les chefs d’orchestre de ce projet », explique Mme Faure, responsable d’opération chez Oppidea. L’entreprise est, en effet, à la tête du projet de quartier « Montaudran-Toulouse Aerospace ». Le top départ de cette mutation a été lancé en 2012 avec le lancement de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) de Montaudran. C’est un chantier gigantesque qui attend donc ce quartier du sud toulousain. En travaux depuis déjà 8 ans, Toulouse Aerospace sera terminé dans une dizaine d’années, en 2030.

Ce quartier va devenir un carrefour important de la ville de Toulouse. En effet, « le projet englobe des logements étudiants, familiaux, des commerces et des bureaux », explique Philippe Jourdain, responsable commercialisation chez Oppidea . En détail, les bureaux et logements seront sur une surface d’environ 350 000 mètres carré, dont 20 000 pour les commerces et services. La mairie mise aussi sur un quartier de l’innovation. Situé à proximité des grands noms de l’aérospatiale (CNES, Thales) et des écoles d’ingénieurs comme l’INSA, Montaudran va lui aussi devenir un quartier dédié à la recherche. La construction du B612, sorti de terre en 2018, en est la preuve. Il regroupe plusieurs entreprises innovantes toulousaines.

Aujourd’hui, 50 % des chantiers ont été lancés ou terminés. Les logements étudiants ont eux déjà été livrés ainsi que quelques logements familiaux. Mais Montaudran n’a pas encore fini sa métamorphose. Ce nouveau quartier doit encore accueillir un grand parc paysager de deux hectares. Une fierté pour Oppdiea, qui le définie comme « une oasis de fraîcheur au cœur du campus de l’innovation ». Enfin, « Montaudran-Toulouse Aerospace » doit accueillir un cinéma l’année prochaine. En 2025, deux stations de la nouvelle ligne de métro vont sortir de terre.

La mairie de Toulouse mise sur Montaudran

Francis Grass, adjoint aux politiques culturelles est venu à Montaudran. Il nous explique sa vision du quartier :

La culture au centre du quartier

Située au milieu du quartier, la Halle de la Machine est le carrefour des visiteurs. Cette grande structure, qui a accueilli près de 450 000 personnes en 2019, n’a pas été installée dans le quartier par hasard.  » La compagnie La Machine cherchait de longue date un territoire (une métropole) qui veut bien l’accueillir pour développer son projet artistique », explique Landry Olivier, directeur de la Halle. En effet, les discussions entre la compagnie et la Ville de Toulouse ont commencé, il y a une dizaine d’années, avec l’ancien maire Pierre Cohen. La première idée de la Ville était d’installer La Halle dans le quartier de la Cartoucherie. Après la découverte de poudre de la Seconde Guerre mondiale, la mairie s’est tourné vers le quartier Montaudran. La mission qui était donnée à la Halle était donc de développer le quartier. « La Halle de la Machine a permis l’accélération de la transformation du quartier », résume Landry Olivier.

Un contrat de Délégation de Service Public lie donc la compagnie La Machine à la métropole de Toulouse jusqu’à la fin de l’année 2027. Ce contrat impose donc aux locataires de la Halle de « présenter à l’intérieur de la halle toutes les machines, habiter la piste (en façade l’établissement) et faire vivre le lieu », explique le directeur.

De son côté, le directeur a son propre avis sur ce quartier :  » Montaudran est encore en train de sortir de terre. Il y a quelques contraintes : on est au milieu du chantier, il y a des problèmes d’accessibilité, de stationnement, on est excentré, ce n’est pas évident d’évoluer dans ces circonstances-là et de lancer des projets ». Mais Landry Olivier sait que ces travaux sont temporaires : « Une vie complète va prendre forme à Montaudran, de quoi attirer de nouvelles personnes ». Le directeur rajoute :

Les riverains pas convaincus à 100 %

Le quartier évolue rapidement. Un changement pour les anciens et les nouveaux habitants, qui ont plusieurs souhaits pour améliorer la vie du quartier :