Redouane Ikil, braqueur toulousain a été arrêté à Oran en Algérie. L’homme avait été condamné à 18 ans de prison, en juillet 2019, pour  »séquestration et extorsion de fonds ».

Les deux braquages dont s’étaient rendu coupable Redouane Ikil, avait marqué l’actualité. En 2012, puis 2013, ce sont deux bureaux postiers toulousains qui subissaient ces violents braquages. Redouane Ikil en serait le cerveau.

S’il a toujours clamé son innocence dans ces affaires, Redouane Ikil avait été condamné, le 6 juillet dernier, par la cour d’assises du Tarn, à 18 ans de prison, pour « séquestration et extorsion de fonds ». L’homme avait, une première fois, était acquitté par la cour d’assises de la Haute-Garonne, en juin 2017, après 38 mois de détention provisoire.

Arrêté en Algérie

L’homme, qui possédait aussi la nationalité algérienne, a été arrêté à Oran, dimanche, après 7 mois de cavale. Il était sous le coup d’un mandat d’arrêt.

Redouane Ikil s’était substitué à la justice à l’occasion du dernier jour de son procès. Depuis ce vendredi 5 juillet 2019, jour du verdict, l’homme avait disparu dans la nature.