Dans le paysage toulousain depuis 1958, la résidence Minimes située à deux pas de la gare pose désormais de gros problèmes de sécurité. Entre les balcons qui s’effondrent et les problèmes sanitaire abondants, la mairie s’est enfin saisie du dossier.

 » Un nid à problèmes « 

Un an après l’interdiction d’aller sur leur balcons, les habitants se sentent finalement écoutés. Seulement, ce n’est pas le seul problème qu’ils rencontrent.

En errant dans les longs couloirs du bâtiment, il est difficile de ne pas trouver quelqu’un qui n’a jamais eu de complications avec son logement, à l’image de Baptiste (le nom a été changé pour conserver l’anonymat face à l’agence de location et au propriétaire.)
Il est sur son palier, devant sa porte entrouverte, les pieds nus et baignant dans une flaque trouble :

Moi ça fait plusieurs années que je suis locataire ici et sincèrement, c’est peut-être la plus grosse galère de ma vie. Il n’y a pas une année où je n’ai pas eu de problèmes : aérations bouchées, chaudière à gaz qui ne fonctionne plus, hotte d’aspiration qui fume …

Maintenant c’est mon plafond qui fuit ! Si les voisins prennent une douche je peux en profiter aussi et entre le temps où je demande de l’aide et où le technicien vient « essayer » de réparer, il y a un monde … et le plus énervant, c’est quand quelqu’un vient juste pour « constater », quel sketch !

Après évidemment je comprend que c’est un vieil immeuble et forcément ça se ressent sur les loyers, mais honnêtement il faut au minimum, qu’ils reconnaissent au moins l’état des choses !