Alors que les mobilisations contre la réforme des retraites se succèdent depuis décembre en France, la Guadeloupe n’est pas épargnée. Les enseignants, eux aussi, sont en grève.

Nombreux étaient déjà les enseignants à faire grève en décembre en Guadeloupe, contre la réforme des retraites. Mais en janvier, l’annonce de la suppression de 72 postes dans l’éducation sur l’Île a ravivé les tensions. La mobilisation s’est intensifiée dès lors. Des enfants n’auraient donc quasiment plus cours depuis deux mois.

D’après l’AFP, le rectorat justifie cette baisse d’effectif par une diminution de la démographie en Guadeloupe. Ainsi, Jean-Michel Blanquer a affirmé que « La démographie fait qu’il y a moins d’élèves en Guadeloupe. Les suppressions de postes ne sont pas proportionnelles à la suppression du nombre d’élèves, cela signifie que le taux d’encadrement en Guadeloupe l’an prochain sera encore amélioré. » Pour les habitants de l’île, la situation est beaucoup plus complexe que ça, et certaines choses ne sont pas assez perçues ou prises en compte par la métropole. Toujours selon l’AFP, le député de Guadeloupe Olivier Serva parle notamment d’un « taux d’illettrisme deux fois plus fort. »

Il reste alors à voir si la situation restera paralysée encore longtemps en Guadeloupe. Les parents espèrent en tous cas un compromis, afin que leurs enfants puissent retrouver le chemin de l’école.