« Arch Crowd » est une association qui construit des logements destinés aux sans-abri, avec des matériaux de récupération. C’est dans un squat situé près de l’aéroport de Blagnac, que les membres de l’association ont monté leur atelier. C’est suite à une « prise de conscience écologique et militante par rapport au mal logement« , que l’idée de créer des abris pour les plus démunis est venue aux membres de Arch Crowd. Rencontre avec Yassin et Dorian, qui font partie de l’association.

Dorian a fait une école d’ingénieur et Yassin une licence ITEC. Tous les deux ont eu une prise de conscience par rapport aux enjeux climatiques et sociétaux actuels. Il y un an, l’association Arch Crowd est née, dans le but de reloger les SDF et diffuser ce projet un peu partout…

« On a relogé une dame sans abris pendant 4 mois »

Au bout de trois mois, l’association fabrique le premier abris. La structure est en bois, du pin traité, l’isolation est en polystyrène et à l’intérieur, il y a une protection mécanique résistante. Mais avant de reloger une personne dans cet abri, Yassin a dû le tester. « Je voulais voir si l’habitat était étanche, mais on a constaté qu’il ne l’était pas. On a dû mettre une bâche par dessus. » Yassin s’est aussi rendu compte qu’il faisait froid à l’intérieur de l’abri. Une fois modifié, la construction a été utilisée par une dame sans logement. « On a relogé cette dame pendant 4 mois. Elle était très contente de cet abri et nous a remercié. C’est qui est cool, c’est qu’aujourd’hui elle a trouvé un logement. » Le dernier abri créé est en carton, « il est un peu plus grand, mieux isolé et plus étanche » indique Yassin.

L’association ne fabrique pas uniquement des aménagements, les membres de Arch Crowd créent aussi du mobilier, comme des étagères ou des tables.

Pour trouver les matériaux, Yassin et Dorian expliquent qu’ils ont mis au point une carte collaborative regroupant les points de ressources.

« On veut redonner confiance aux personnes qui découvrent qu’elles peuvent faire de belles choses avec leurs mains »

Parfois, certaines personnes dans le besoin viennent aider les membres de l’association. « Ces gens ont beaucoup à nous apporter car ils sont directement impactés. Puis certain ont un savoir-faire, dans l’atelier chacun apporte quelque chose. » L’idée pour l’équipe de Arch Crowd, c’est de faire une « réaction en chaîne ». « Une fois qu’ils savent bricoler, dans la même démarche ils peuvent récupérer du matériel et réaliser quelque chose. Faire leurs arches dans leurs coins. »

Pour Yassin, il faut voir ce projet de manière collaborative.
« Le but c’est que ce projet se diffuse et se monte à droite à gauche. On est content car ce que fait l’association commence à faire écho. J’ai été contacté par des entreprises de Paris et Bordeaux. C’est cool car ce projet parle à plein de monde. On espère que des équipes vont se monter dans d’autres lieux. »