Arnaud Montgenie, le président des Ours de Toulouse, revient avec nous sur le gros événement du week-end : le Super Bowl, mais aussi le développement du football américain.

Il y a un gros événement le 2 février, le Super Bowl*. Qu’est-ce que représente cet événement ?

C’est un peu le noël du foot américain. Tout le monde attend ça pour partager, se retrouver ensemble. Les médias sportifs vont aussi en parler. C’est vraiment la fête de ce sport. Je vois ça comme ça. Tout le monde regardera ça avec beaucoup de plaisir.
Pour voir les matchs, on a un partenariat avec un bar pour pouvoir suivre toute la saison.

Il n’a pas de joueur français en NFL, un jour peut-être ?

Oui il y en aura, même si c’est un sport élitiste. Les américains le protège sûrement et ils veulent que ça soit leur sport. Je pense quand même qu’il y en aura, mais pour cela, il faut passer par le cursus américain. Après, c’est très dur las bas d’arriver au haut niveau, il me semble que seulement 1 % des joueurs en université arrivent en NFL*. Alors bon pour les européens… Mais certains essayent, ils partent notamment dans les universités canadiennes ou le championnat local est lui professionnel. Mais le chemin est assez long et très dur, c’est une équation à énormément d’inconnue. J’espère que cela arrivera.

Est-ce qu’un jour, on peut avoir une vraie mondialisation de ce sport, comme le basket depuis quelques années ?

Je ne suis pas un grand spécialiste de basket, mais j’ai l’impression que le football américain est au niveau de la NBA des années 1970. Je ne sais pas si ça arrivera, les fonctionnements sont totalement différents à travers le monde. Il y a une grosse différence aux niveaux du business. Si cela arrive ça prendra du temps.

On l’impression qu’il n’y a que les Etats unis et leur championnat. C’est vrai ?

Non, il y a aussi le Canada qui a un gros championnat professionnel avec des français.

Il y a des français là-bas ?

La Ligue canadienne (CFL) organise des tests en France pour repérer les meilleurs athlètes. Après, c’est bien pour ceux qui y vont, mais bon ici on suit ça de loin et cela nous importe peu.

Si un jour il y a des jeunes des Ours ?

Je serais super content. Il y en a déjà au Canada. S’ils réussissent, c’est bien et s’ils reviennent, je serais aussi content de les accueillir. On espère bien entendu qu’ils réussissent là-bas. C’est quelque chose de personnel à chaque fois qu’ils partent là-bas. Je ne pense pas qu’ils veuillent revenir pour apporter des choses ici. La soupe est bonne sur le continent américain et quand ils constatent l’écart, ils n’ont pas envie de revenir, et c’est normal. Il ne faut pas que le Foot américain en France compte sur cela, et on ne peut pas leur en vouloir.

*C’est la finale du plus gros championnat du monde qui est un événement mondial. Cette année Kansas City affrontera San Francisco.

*Le championnat des Etats Unis