Ce mardi matin, très tôt, plusieurs centaines de migrants ont été évacués de leur campement à la Porte d’Aubervilliers. Une opération similaire avait été menée en novembre dernier Porte de La Chapelle.

Selon la préfecture, entre 900 et 1 800 personnes vivaient dans ce camp de migrants dans le XIXe arrondissement de Paris, Porte d’Aubervilliers. Ce camp, qui était situé proche du périphérique, avait pris des allures de bidonville. La police est intervenue très tôt ce matin. Les personnes évacuées ont ensuite été dirigées vers des bus à destination de gymnase ou de centre d’accueil parisien.

Une opération similaire en novembre

Le démantèlement de ce camp s’est fait conjointement entre la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Île-de-France. Didier Lallement, le préfet de police qui s’est exprimé sur l’opération de ce matin :  » elle fait suite à celle de début novembre à la Porte de la Chapelle et se situe dans la continuité des engagements pris », par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Le but de ce démantèlement est de « libérer la zone », selon le préfet de police. Ce dernier a fini par rajouter :  » Vous pourrez constater qu’à la Chapelle le terrain est libre de toute installation. Nous allons procéder exactement de la même manière, avec un dispositif policier ». Christophe Castaner avait promis que l’ensemble de ces campements du nord-est de Paris seraient vidés avant la fin 2019.