Après d’autres villes comme Marseille, Paris ou encore Nantes, c’est Toulouse ce jeudi 23 janvier au soir qui a décidé de s’embraser de flambeaux. Les mobilisations en opposition à la réforme des retraites continuent, en évoluant, sans pour autant perdre le rythme.

Plusieurs milliers de manifestants étaient présents ce soir. La plupart portant un flambeau. Soit une masse importante de personnes, surtout pour un jeudi soir. Le mouvement d’opposition à la réforme ne semble pas s’affaiblir dans la ville rose. C’est en tout cas l’avis de Christine, infirmière, qui explique que la grève durera autant de temps qu’il faudra, jusqu’au retrait et pour elle « Le mouvement n’a pas l’air de grandir particulièrement mais les gens sont toujours là, donc on ne peut pas parler d’un essoufflement, bien au contraire. »

De nouvelles manières de se mobiliser

En plus des grèves que l’on voit fleurir partout ces derniers temps, de nouveaux moyens de lutte apparaissent, témoin d’une évolution des luttes. Pour Tristan, étudiant c’est « une manifestation, mais d’un autre genre. Les gens ne font pas forcément grève la journée et donc ça leur permet de participer aussi au mouvement. »

Le cortège est parti de la gare vers Jean Jaurès /N. Heeb

Le flambeau, une symbolique propre à chacun

Les manifestations avec flambeaux ayant apparu partout en France, on peut se demander s’il est en train d’acquérir une symbolique, comme un certain gilet il y a un an. Thierry, professeur d’histoire au lycée préfère ne pas y voir de symbolique « Le flambeau est utilisé idéologiquement principalement par l’extrême droite, et anciennement par les nazis. Donc moi la seule symbolique que je vois c’est que l’on se réunit tous la nuit, on s’éclaire et on se tient chaud avec. » Une de ses collègues répond en rigolant que l’on peut voir à travers ce flambeau « Une sorte de lumière dans l’obscurité. C’est la lumière qui guide notre lutte, et pourquoi pas, nous amènera à remporter ce que l’on désire. »

Fin de la manifestation du 23 janvier au Capitole / N. Heeb

Cette mobilisation qui s’est déroulée sans heurt pourrait être renouvelée dans les jours à venir. Une nouvelle manifestation est prévue demain, vendredi 24 janvier, départ Saint-Cyprien.