Dès 5 h 00, ce jeudi 23 janvier, les manifestants contre la réforme des retraites ont entamés des mouvements de protestation au travers de la Ville rose.

La première initiative de cette opération #BloqueTaVille à Toulouse n’a pas tardé : aux alentours de 5 h 00 du matin, 200 personnes se sont rassemblées au dépôt de bus Tisséo Atlanta (1 rue Maurice Caunes). Un chiffre qui ne cesse de grossir.

Un tract qui circule dans la foule, édité par l’Assemblée Interpro Commune de Toulouse, annonce que ce blocus a été ciblé sur Tisséo car « elle est le symbole d’une énième entreprise qui était entièrement publique et qu’on a remis dans les mains du privé. »

Le collectif dénonce également la suppression de la gratuité des transports pour les retraités et demandeurs d’emploi non indemnisés ainsi que l’augmentation générale des tarifs de plusieurs euros.

Tisséo annonce que ce blocus par « du personnel extérieur à l’entreprise » perturbera les lignes : L9, 15, 19, 20, 26, 29, 33, 36, 37, 39, 40, 41, 42, 43, 59, 60, 61, 68, 69, 72, 73, 76, 79, 83, 84.

La situation à 8 h 55 :

A 9 h 45, les manifestants semblent se disperser et la situation revient à la normale à Atlanta.

Opération escargot sur le périphérique

À 7 h 45, Vinci Autoroutes annonce que plusieurs véhicules étendus sur l’entièreté de la route circulent à faible allure sur le périphérique entre Borderouge et Croix-Daurade.

Le ralentissement s’étendrait sur 3 à 4 kilomètres, jusqu’à l’autoroute A 68.