Crédit : The Come Up Show

Un mois après le tragique événement, l’autopsie a révélé les raisons exactes de son décès soudain.

Jarad Higgins est mort des suites d’une intoxication à l’oxycodone et à la codéïne, des antalgiques de la même famille que l’héroïne ou la morphine. C’est ce qu’a révélé l’autopsie dévoilée hier, à Chicago.

L’artiste avait perdu la vie à l’aéroport Midway de la ville, après avoir été pris par des convulsions. La police, qui l’attendait pour son retour de Californie, lui a alors administré en urgence un antidote utilisé dans les cas d’overdose aux opiacés : de la naloxone.

Il aurait alors temporairement repris conscience mais a finalement succombé.

Après coup, une quarantaine de sachets de cannabis avaient été retrouvés dans ses bagages, ainsi que six bouteilles de sirop pour la toux contenant de la codéïne sans oublier les armes de poing et différentes munitions.

Un avenir post-mortem ?

Alors que son clip « Lucid Dreams » a atteint 440 millions de vues sur YouTube, Juice WRLD commençait à devenir une véritable star planétaire du rap.

Vendredi dernier, l’album « Music To Be Murdered By » d’Eminem contenait une collaboration avec le Chicagoan, « Godzilla » qui devrait devenir un hit outre-atlantique.

Ce matin, la famille de Juice WRLD a annoncé sur son compte Instagram que de nouveaux sons et projets inédits de l’artiste devraient sortir dans les mois à venir, et qu’un hommage lui serait organisé à Chicago.