C’est reparti. L’Etablissement Français du Sang, le Rotary et la mairie de Toulouse rouvrent aujourd’hui la grande collecte annuelle de don du sang. L’objectif pour cette 23e édition : 3 000 donneurs attendus pour « sauver des vies », soit la plus grande collecte européenne.

C’est dans les locaux somptueux du Capitole que sont accueillis les donneurs. Dans la Salle des Illustres sont préparés une soixantaine de lits pour accueillir les 3 000 donneurs attendus et espérés. Car oui, la dernière édition n’a pas été de tout repos pour les bénévoles. « L’année dernière, nous avions dû annuler la dernière journée qui se déroulait le samedi (journée où il y a le plus de donneurs) à cause des manifestations, et cette année nous devrons fermer à 13 heures samedi, au lieu de rester ouverts toute la journée, pour les mêmes raisons » explique Jean-Claude Brocart, 76 ans, Coordinateur National pour « Mon Sang Pour Les Autres ».

Comme un circuit, après avoir préalablement rempli un questionnaire, vu un médecin et donné son sang, ce n’est pas une collation qui attendra les donneurs, mais un buffet plus que généreux. Pizzas, quiches, charcuteries, salades… Tout est fait et mis en place pour revigorer les donneurs, dans un cadre familial et convivial. Le but étant bien sûr, d’attirer bon nombre de personnes. Tout a été pensé pour ne pas manquer de sang.

« Donner son sang, c’est sauver des vies »

Le sang humain est indispensable pour soigner les malades. Aussi membre du Rotary, Jean-Claude a fait du don du sang sa lutte quotidienne. « Si on veut pratiquer toutes les interventions chirurgicales, tous les traitements contre les maladies diverses comme le cancer ou autres, et bien il faut absolument avoir des stocks de sang. Et la seule façon de les avoir c’est qu’il y ait des donneurs qui en donnent généreusement  ». Pour ce fait, cela fait une vingtaine d’années qu’il consacre son énergie pour essayer de « sauver des vies », à sa manière. Et le travail paie toujours. « Le président de l’Etablissement Français du Sang nous a confirmé qu’à sa connaissance, il n’y a aucune collecte en Europe qui soit aussi importante que celle de Toulouse ». Pas peu fier, ces quatre prochaines journées de don et de sensibilisation sont un enjeu pour les 400 bénévoles prévus. Le but : récolter toujours « plus de sang possible ».

En plus d’avoir le soutien de la mairie de Toulouse, le parrain de cette 23e édition se prénomme Djilali Bedrani, champion de France du 3 000 m steeple et membre de la section athlétisme du Toulouse Université Club. « Après les rugbymans toulousains, une Miss France ou même un orchestre, nous avons choisi Djilali car c’est un athlète qui a beaucoup d’avenir ».

La Salle des Illustres, spécialement aménagée pour l’occasion. Crédit photo : F.L.

Des dons qui restent stables

Dans un communiqué, l’Etablissement Français du Sang estime qu’« en Occitanie, les besoins des malades en produits sanguins ont augmenté de près de 40% au cours des quinze dernières années ». Selon Jean-Claude, « avec les informations dont on dispose, le nombre de donneurs restent stables ». Mais c’est autre chose qu’il a pu observer. « Ce qui est très agréable c’est que sur une collecte comme celle de Toulouse, il y a de plus en plus de jeunes de moins de 30 ans. Et parmi ces jeunes, il y a deux tiers de filles et un tier de garçon. Les filles ont peut-être plus conscience du besoin de sang et qui sait… elles sont peut-être moins sensibles à la piqûre !», conclut-il en riant.

Bon à savoir :

  • Pour donner il faut : être majeur, peser au moins 50 kg, ne pas être à jeun, ne pas être enceinte ni avoir accouché il y a moins de 6 mois, ne pas avoir subi d’interventions chirurgicales, de tatouages et de piercings depuis au moins 4 mois, pas d’antibiotiques ni d’infections depuis les 2 dernières semaines et ne pas être malade ni fatigué.
  • Du mercredi 22 au vendredi 24 de 11 heures à 19 heures.
  • Le samedi 25 de 9 heures à 13 heures.
  • Les dons se font dans l’enceinte du Capitole.