Le président de la République est en Israël pour le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz. Emmanuel Macron profitera de sa présence pour enchaîner les rencontres diplomatiques.

« Des citoyens de France et d’ailleurs sont pris pour cible car ils sont juifs. Ce retour de la haine hante nos temps présents. » En visite en Israël, Emmanuel Macron réitère son soutien à la lutte contre l’antisémitisme. Le chef de l’État participera, jeudi 23 janvier 2020, aux commémorations du 75e anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz. Quarante-quatre autres chefs d’États et de gouvernements seront également présents.

34 % des Juifs français ne se sentent pas en sécurité

Dans un message adressé au mémorial israélien sur la Shoah de Yad Vashem, le président est revenu sur la bataille qu’il mène contre ceux qui haïssent les Juifs : « Ce combat contre l’antisémitisme, je le mène chaque jour en le traquant dans les discours, dans les comportements, sur Internet. »

Ces paroles du président de la République font écho à un sondage Ifop pour la Fondation pour l’innovation politique et l’American Jewish Committee. L’étude révélait, mardi 21 janvier 2020, que 34 % des Juifs français se sentaient en insécurité. Un autre chiffre lourd de sens : 84 % des Juifs de 18-24 ans expliquent avoir déjà subi au moins un acte antisémite. Cette problématique devrait être au centre de sa discussion avec la communauté française d’Israël. Une rencontre est prévue lors de ce séjour présidentiel.

Plusieurs visites diplomatiques à l’agenda

Outre les commémorations au mémorial de la Shoah, Emmanuel Macron a rencontré ce matin le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Il est allé ensuite s’entretenir avec le principal opposant politique du chef du gouvernement israélien : Benny Gantz.

Enfin, le président se rendra à Ramallah, capitale de l’Autorité palestinienne, pour discuter avec le leader palestinien Mahmoud Abbas. En somme, un programme chargé.