Les autorités sanitaires chinoises annoncent désormais 17 morts.

Le bilan augmente. Les autorités sanitaires chinoises annoncent, ce mercredi après-midi, 17 morts. Depuis plusieurs jours, la Chine est frappée par une mystérieuse série de pneumonie. Les cas recensés augmentent jour après jour, alors que de nombreux autres pays d’Asie renforcent leurs contrôles face à la propagation du virus. Un total de 291 cas ont été confirmés et 922 patients sont en observation, d’après un communiqué de la Commission nationale de la Santé. Le virus, de la famille du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais plusieurs grandes villes du pays, dont Pékin et Shanghai, mais aussi trois autres pays d’Asie : le Japon, la Corée du Sud et la Thaïlande.

Une annonce inquiétante

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi soir à la télévision publique CCTV que la transmission par contagion entre personnes était « avérée ». C’est la première fois qu’une telle affirmation est faite publiquement. L’organisation mondiale de la santé (OMS), estime pour sa part qu’un animal semble être « la source primaire la plus vraisemblable », avec « une transmission limitée d’humain à humain par contact étroit ». Aucune déclaration n’a pour le moment été faite, pour présenter un remède à ce virus.