Mourad Farès est jugé à partir de ce lundi à la cour d’assises spéciale à Paris pour avoir recruté de jeunes djihadistes français.

Il s’appelle Mourad Farès et c’est l’une des figures du recrutement de djihadistes vers la Syrie. Il avait notamment enrôlé deux lycéens toulousains de 15 et 16 ans. Accusé d’avoir recruté plusieurs jeunes musulmans via les réseaux sociaux entre 2013 et 2014, il est jugé à partir de ce lundi 20 janvier, devant la cour d’assises spéciale à Paris.

Le recruteur de djihadistes se trouvait en Syrie depuis 2013. Sur une vidéo de propagande, où il se ventait d’avoir intégré le groupe terroriste Jabbat Al Nosra, il faisait allusion à « deux jeunes de Toulouse » qu’il avait enrôlé.

« Sergent recruteur du djihad »

Il apparaît dans plusieurs filières de recrutement de djihadistes pour la Syrie. C’est ce qui lui a valu le surnom de « sergent recruteur du djihad ». Le haut-savoyard de 35 ans est notamment accusé d’avoir recruté plusieurs jeunes originaires de Strasbourg, partis en Syrie en décembre 2013. Si la plupart d’entre eux sont revenus en France et ont été interpellés, l’un d’eux, Foued Mohamed-Aggad est passé à l’acte en novembre 2015. Il est l’un des membres du commando du Bataclan lors des attentats du 13 novembre. En détention provisoire depuis 5 ans, Mourad Farès encourt vingt ans d’emprisonnement.